The New & Avant-garde Music Store

Blog

Critique

Michel Rondeau, PAN M 360, March 1, 2020
Wednesday, March 4, 2020 Press

Ils sont quatre, que le hasard a fait se rencontrer. Ah! le pouvoir fédérateur de la musique! Il sont d’abord trois, aux claviers, aux synthés, à la boîte à rythmes et à la programmation, il y a Maxime Corbeil-Perron, à la basse Sylvain Gagné et aux guitares Simon Trottier. Depuis des années, en même temps que chacun suit sa voie (Simon fait notamment partie de Timber Timbre), leurs routes à tous trois se sont croisées à plusieurs reprises, l’un jouant avec l’autre, l’autre jouant avec l’un… Puis arrive à Montréal la vocaliste japonaise Maya Kuro. On l’entend dans le duo Rippleganger avec Rainer Wiens, dans la chorale Joker, puis un jour, fortuitement… De la même façon que leurs chemins se sont croisés, tout ce beau monde tisse ensemble des trames savamment texturées où les nappes sonores se chevauchent et pulsent et gonflent avec juste ce qu’il faut de tension pour les maintenir captivantes. Au-dessus il y a la voix de Maya qui plane. On ne comprend rien à ce qu’elle raconte, mais ça ne fait rien, elle est d’une musicalité, si suggestive par son caractère nippon un chouïa fripon qu’elle réussit à évoquer un ailleurs exotique indéfinissable où l’on est transporté. Et où l’on a envie de retourner.

… tout ce beau monde tisse ensemble des trames savamment texturées où les nappes sonores se chevauchent et pulsent et gonflent avec juste ce qu’il faut de tension pour les maintenir captivantes.

Best of Bandcamp Contemporary Classical: February 2020

Peter Margasak, Bandcamp Daily, March 3, 2020
Wednesday, March 4, 2020 Press

As the global reputation, reach, and repertoire of Montréal’s Quatuor Bozzini has grown over the last two decades, one thing that hasn’t changed is the peerless string quartet’s dedication to performing the work of composers from its Canadian homeland. The Serbian-born Ana Sokolović has lived in Québec since 1992, and this collection underlines her unique sensibility, deriving ideas from her engagement with theater, ballet, and folk music.

The centerpiece of the album is her three-part Commedia dell’arte, with each three-movement work named for and inspired by different characters of the Italian theatrical tradition, privileging evocation provided by extended and percussive techniques over traditional structures. Capitano, the first movement from the first part, is wonderfully strident and a bit unreliable, reflecting the titular character’s boastful yet cowardly personality, while Zanni conveys a trickster persona in its jagged, shape-shifting design. Yet the entire work succeeds even without knowing such references. Even two miniatures — Ghost 1 and Ghost 2 — are marked by a quirky, sonically imaginative construction, arranging disparate notions in dynamic, visceral patterns, all performed by with typical brio and sensitivity by the Bozzinis.

[…] all performed with typical brio and sensitivity by the Bozzinis.

Review

Steven Loewy, The New York City Jazz Record, March 1, 2020
Tuesday, March 3, 2020 Press

Lori Freedman shows she can do it all, expanding the vocabulary of the clarinet family, with a controlled technique that leaves the listener breathless.

Review

Steven Loewy, The New York City Jazz Record, March 1, 2020
Monday, March 2, 2020 Press

Freedman, who has collaborated with a who’s who of free improvisation, from trombonist George Lewis to bassist Joëlle Léandre, focuses here on the singular essence of sound, exploring a wide variety of strategies to transform the rawness of being into a glorious tribute to the limits of musical experience while expressing primordial emotions.

Critique

William Paulhus, Mes enceintes font défaut, February 21, 2020
Monday, February 24, 2020 Press

La meilleure musique est souvent celle qui nous emporte là où nous n’avions pas prévu aller. Malgré nos attentes, la réalité se trouve parfois à mille lieues de nos appréhensions. La rencontre inespérée entre quatre visages connus de la scène expérimentale montréalaise engendre une étonnante alchimie au sein du nouveau projet Siamois Synthesis. Voici une union dont la nécessité paraît de plus en plus évidente au gré des écoutes.

Sur Feu aimant, nous errons librement dans des nappes nostalgiques qui nous enveloppent et nous secouent à leur guise. L’imposant bagage du quatuor aurait pu nous faire croire que nous allions avoir droit à quelque chose de survolté par moment, mais la retenue semble être le mot d’ordre et c’est elle qui permet aux compositions d’atteindre un degré de beauté stupéfiant. Prenons par exemple le colossal morceau d’ouverture qui nous donne l’impression d’assister à un mashup entre la guitare de Earth et les albums plus détendus de Boris. C’est justement autour de trois monolithes de près de dix minutes que la structure globale s’édifie, à notre plus grande satisfaction.

La prodigieuse Maya Kuroki nous semble plus effacée contrairement à la plupart de ses autres projets comme Tamayugé ou Rippleganger, mais cette approche douce et harmonieuse sied parfaitement l’esprit de cette nouvelle formation. Les paroles intelligibles qu’elle nous transmet à la suite du segment frénétique dans Soleil nocturne forment certainement l’un des plus beaux moments musicaux de cette jeune année. Il ne faudrait toutefois pas oublier les trois autres architectes responsable de cette trame sonore aux multiples visages, soit Maxime Corbeil-Perron derrière les machines, Simon Trottier à la guitare et Sylvain Gagné à la basse. Si l’envie vous prend de vérifier si la chimie est aussi palpable lorsque le quatuor se réuni sur scène, le rendez-vous est le 25 février prochain à la Sala Rossa pour le lancement de cet album majestueux!

La rencontre inespérée entre quatre visages connus de la scène expérimentale montréalaise engendre une étonnante alchimie au sein du nouveau projet Siamois Synthesis. Voici une union dont la nécessité paraît de plus en plus évidente au gré des écoutes.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.