The New & Avant-garde Music Store

Blog

Trouver la beauté dans les sons sauvages

Philippe Papineau, Le Devoir, October 15, 2018
Monday, October 15, 2018 Presse

Le compositeur, explorateur du son et pionnier de la musique électroacoustique Francis Dhomont a toujours voulu faire des opéras, «mais sans chanteurs, sans instruments. Des musiques qui, néanmoins, racontent une histoire. Pour moi, c’est évident: tous les éléments techniques du son et de la musique que je peux connaître et que j’ai approfondis n’ont qu’un but: traduire une pensée, une émotion.»

Un homme modeste, Francis Dhomont, à qui on parvient néanmoins à soutirer ceci: «J’étais moi-même très convaincu d’avoir quelque chose d’intéressant à dire, et donc je l’ai dit avec assez de conviction pour convaincre d’autres personnes, professeurs et étudiants, qui ont fait croître cette musique. À ma manière, et avec plusieurs autres, j’ai contribué à faire de Montréal – enfin, du Québec en général, mais de Montréal en particulier — un centre important de la musique électroacoustique.»

Et c’est pour cela que le festival Akousma lancera au Gesù ce soir sa quinzième édition, avec d’abord une causerie dirigée par le directeur artistique du festival, Louis Dufort, puis un concert durant lequel le compositeur français, pionnier de ces musiques pour orchestre de haut-parleurs, présentera en première nord-américaine une sélection de ses oeuvres récentes – qui ne comprendra cependant pas Le cri du Choucas, terminée il y a deux ans, dernier volet d’un triptyque amorcé en 1982 avec Sous le regard d’un soleil noir, possiblement sa plus importante composition. «C’est une oeuvre qui a beaucoup compté pour moi, explique Dhomont. Comme Forêt profonde et Le cri du Choucas, elle a pour base des écrits de psychanalyse; ce sont les oeuvres qui, je crois, me représentent le mieux.»

Retour à Montréal

En vérité, c’est comme si l’organisation dédiait la quinzième édition d’Akousma à Francis Dhomont, de retour au Québec après neuf ans d’absence. «Ça me fait très plaisir, d’abord parce j’ai beaucoup d’amis ici, beaucoup d’anciens étudiants, beaucoup de souvenirs de la Faculté», explique celui qui a enseigné la musique à l’Université de Montréal de 1980 à 1996. Le compositeur, qui aura 92 ans le 2 novembre prochain — «Naître le jour de la fête des morts!» souligne-t-il en riant –, continue d’enrichir son oeuvre de nouvelles explorations dans cet univers sonore qu’il a largement défriché, celui des musiques sur support pour orchestre de haut-parleurs.

Lorsqu’il est arrivé à Montréal en 1978 après être passé par le célèbre Groupe de recherches musicales de Paris fondé vingt ans plus tôt par le père de la musique concrète, Pierre Schaeffer, il a vite fait connaissance avec les fondateurs de l’Association pour la création et la recherche électroacoustiques du Québec, parmi lesquels la compositrice et pédagogue Marcelle Deschênes.

«À la Faculté, on venait d’ouvrir une classe de musique électroacoustique. Marcelle m’a demandé quelque temps après si j’accepterais de donner quelques cours, puis quelques autres, et j’ai fini par en donner beaucoup. Et c’était très bien. J’ai eu beaucoup de plaisir parce que j’ai eu affaire à des étudiants très motivés et très sympathiques», dont son ami Robert Normandeau, compositeur chevronné devenu professeur à la Faculté de musique de l’UdeM et grand spécialiste de l’oeuvre de Dhomont, dont l’influence sur le développement des musiques acousmatiques et électroacoustiques au Québec fut déterminante.

Donner vie à la musique

«J’ai apporté une chose, ici, et c’est [la notion de] la spatialisation de la musique, qui était une technique essentiellement française», abonde le maître, vif et généreux malgré le décalage horaire. La spatialisation sonore, où l’art de travailler le son pour «donner l’impression de décrire des trajectoires dans l’espace, de se situer dans un univers sonore en relief», pour reprendre le mot du compositeur français Edgard Varèse, un autre pionnier dans le domaine.

«Dès mon arrivée, j’ai commencé à donner de petites présentations, avec un petit nombre de haut-parleurs; on commençait avec pas grand-chose, mais c’était déjà un début, poursuit Dhomont. Ça permettait de donner à cette musique de haut-parleurs un aspect moins statique, une vie. Et progressivement, cette façon de projeter la musique électroacoustique est devenue très actuelle ici, alors je suis très fier d’avoir semé cette petite graine qui a poussé.»

Et qui a même réussi à pousser hors du registre des musiques dites savantes, estime Francis Dhomont. «Il y a une chose dans certaines musiques populaires, notamment dans la musique techno: c’est que ces musiciens utilisent des instruments et des équipements qui ressemblent beaucoup à ce que nous utilisons nous-mêmes dans nos studios. Donc, on a tendance à retrouver certains sons qui nous sont communs. Mais il y a aussi certains compositeurs de ces musiques qui connaissent le travail des créateurs électroacoustiques. Ils n’en font pas eux-mêmes, mais ils connaissent les oeuvres et s’en inspirent, quelquefois.»

«Dans la musique électroacoustique, comme on prend tous les sons qui existent dans la nature, autant ceux qui existent que ceux qu’on peut créer avec des appareils, tous ces sons peuvent se rapprocher de ce qu’on appelle le bruit. Certes, ce sont des sons un peu plus sauvages, mais on peut les organiser pour qu’ils soient plus agréables à l’oreille, ou plus agressifs, si c’est bien l’intention. Donc, il faut évacuer l’idée de départ que c’est du bruit. Il faut arriver à admettre que l’on peut faire de la musique avec autre chose que des instruments d’orchestre. Si on arrive à franchir cet obstacle, alors je pense qu’on peut vraiment trouver de la beauté.»

À ma manière, et avec plusieurs autres, j’ai contribué à faire de Montréal […] un centre important de la musique électroacoustique.

Review

Jeph Jerman, The Squid’s Ear, October 1, 2018
Monday, October 1, 2018 Presse

Jeweled miniatures constructed of fingerpicked guitar arpeggios and electronic treatments. Quiet and contemplative, like studying the patterns of shifting light and shadow on your afternoon wall.

Distillations offers clouds of harmonics with squelchy, wheezy organ tones accreting. A few of the pieces stop dead and change tack in an arresting manner, not so much jarring as re-aligning, an intake of breath. The longest piece, Porcelain 360 has metallic, vibraphone tones and weird bent organ swells, a toy piano amid careful chord shapes which gradually gain speed and density over its twelve minute running time. Lopsided, but still managing to maintain a sense of development. Marcher sur la glace has a stuttering, leslie speaker feel, and Stalactites et stalagmites sets up a stately series of strummed chords with hovering held tones that gradually becomes more harmonically complex.

For some reason I am reminded of a weighted hanging thread, slowly spinning one way and then the other, throwing tiny shards of fiber in graceful arcs as they glide to the floor. Somewhat hidden inside the cover are chord diagrams and short bits of musical staff, which I unfortunately cannot read.

Jeweled miniatures constructed of fingerpicked guitar arpeggios and electronic treatments. Quiet and contemplative, like studying the patterns of shifting light and shadow on your afternoon wall.

Review

Brian Olewnick, Just outside, September 12, 2018
Wednesday, September 12, 2018 Presse

Miller’s music is absorbing for any number of reasons. She makes use of aspects of various branches of modernism including minimalism and, in some pieces, a kind of structural stasis but almost always also references traditional forms and techniques, from Bach to folk songs to Ives and more. Just So collects four pieces for string quartet, performed in typically beautiful and rigorous fashion by the Bozzini Quartet, two shorter works bracketing two longer ones. The title composition is a lilting affair, recalling some kind of village gig or reel, the strings pitched high, dancing, the rhythms just this side of irregular, the cello coming in for some wonderful underpinning in the final few moments. A bracing, joyous number to open the set. Warblework, as the title implies, concerns itself with birds: three thrushes and a veery. To my ears, not birdsong as much as tracing the paths birds make in flight and very movingly so. The strings swirl and skitter in brief bursts for the Swainson’s thrush, alight for a moment, then take off once again while the hermit thrush swoops a bit more, stays lower to the ground and the wood thrush grunts and pushes its way through the underbrush before standing still to survey its surroundings, which are filled with lovely, dry harmonies. The veery, another kind of thrush, does seem to make a doleful call amidst grainy streaks, the calls multiplying, a little anxious as though espied. Here, as in other pieces, Miller makes subtle use of approximately iterated cells of music, a near repetition of clusters that nods to minimalism without ever falling into rote usage — this is an especially fine work.

About Bach is the longest work presented here and kind of a centerpiece, illustrating the sort of structural tack that Miller seems to enjoy and that, in a way, she elaborates in her marvelous composition, Duet for Cello and Orchestra, commented on below. Here, if I’m not mistaken, one violin (maybe sometimes both?) plays a very highly pitched, seven-note ascending “scale” throughout the piece. Readers with more musical knowledge than I might identify it, but I was reminded, oddly enough, of the scale sung by the lead tenor at the conclusion of Glass’ 1979 opera, Satyagraha. It’s very poignant in and of itself, gathering strength and weight and, indeed, poignancy as it’s repeated again and again. The lower strings, in an almost conversational manner, reflect with phrases that seem obliquely derived from Bach, though with an entirely modern hesitancy and questioning aspect. Toward the end, it attains a clear dimension of solemnity. There’s a type of stasis in effect, pinioned by the violin (s) but also enhanced by the general self-similarity of the interposed phrases, though they in fact vary at all times. The sense of overhearing snatches of discussions in a large room pervades, dreamlike. Just a deep, marvelous and affecting work, brilliantly performed. The disc concludes with Leaving, another work that appears to have folk song roots, maybe a sea shanty, lolls in place like an old docked boat gently buffeted by small waves. Each of the strings seems to carry a related tune, melding together at times, drifting apart at other moments. It’s an immensely satisfying, soft kind of almost-lullaby, a fine ending to a superb recording.

It’s an immensely satisfying, soft kind of almost-lullaby, a fine ending to a superb recording.

Critique

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no. 117, September 1, 2018
Saturday, September 1, 2018 Presse

… ce Political Ritual n’en est pas moins fascinant.

Critique

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no. 117, September 1, 2018
Saturday, September 1, 2018 Presse

Trip, en quatre mouvements asymétriques, entraîne l’auditeur dans un voyage hallucinant…

Review

Ken Waxman, The WholeNote, no. 24:1, September 1, 2018
Saturday, September 1, 2018 Presse

Although the CD is titled The Space Between Us, the profound musical connection established by Thiessen and Toninato confirms that this gap is minimal at best.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.