The New & Avant-garde Music Store

Blog

Best of Bandcamp Contemporary Classical: February 2019

Peter Margasak, Bandcamp Daily, February 28, 2019
Tuesday, March 5, 2019 Press

Montréal’s peerless Quatour Bozzini uses overdubbing to adapt two typically intense works by Phill Niblock, originally scored for orchestra, illuminating the inherent psychoacoustic effects with breathtaking power. Disseminate was written in 1988 for Petr Kotik’s S.E.M. Ensemble; it opens with a crushing, buzzing unison, as the stacked microtonal intervals suggest a chorus of bagpipes blaring through a wall of Marshall amps. Dazzling beating and machine-like throbs surround the listener, but the unison begins to fall apart almost immediately, with painstakingly slow shifts. Like so much of the composer’s music, you don’t notice the change until you’ve reached the next location. Still, there are moments when some tonal shifts are greater and there’s no missing the stark developments, as when a few strings emit a wonderfully glassy screech around 20 minutes in. The title piece was composed for the Janacek Symphony Orchestra with the Ostrava banda in 2011. It begins with what sounds like a conventional chord spiked with dissonance, and its lengthy descent to B-flat begins with a mixture of B-sharps and C-sharps. The downward motion is inescapable and exhilarating, with tonal effects that sparkle and groan simultaneously, an impossibly thick, viscous drag that suddenly feels celebratory when the final notes disintegrate.

… inescapable and exhilarating, with tonal effects that sparkle and groan simultaneously, an impossibly thick, viscous drag that suddenly feels celebratory when the final notes disintegrate.

Review

Howard Stelzer, Vital, February 11, 2019
Thursday, February 14, 2019 Press

For his latest solo album, a sequel to his similarly-constructed Snipettes! from 1992, Montréal’s premier turntable-destroyer Martin Tétreault takes hundreds of clips from cassettes and reel tapes and mashes them all together into 31 short collage works. Most pieces hover around the two-minute mark, but some fly past in a matter of seconds and only one breaks the seven-minute barrier. All 31 pieces run together into what sounds like a single piece, though, their flow and unity belying the disparate nature of the source material. As you might expect, the familiar crackle of vinyl surface noise and record skipping plays a prominent role here, but the artist’s dry sense of humour takes the starring role. Plus de Snipettes!! begins with an emcee announcing the band about to play: ladies and gentlemen, out your hands together for… Tangerine Dream?! This jokey fake-out slides into rapidly-cut-up pop songs, mechanically stuck off-rhythms, recognizable short clips of melodies and the occasional discernible lyrical fragments. The relatively epic America takes some patriotic blues and grinds it against a noisy beat that’s eventually overtaken by gauzy muck. The competing buzzers and smooth-voiced 60’s radio-pitchmen of Désarme are more open and dramatically spacious. Other tracks are quick blurts which splice jazz records and slather them in skips and fuzz, thwacking familiar moods with rude bumps and prickly static. All the pieces here are compact and song-like, getting a lot of mileage out of making well-produced recordings out of intentionally lousy-sounding source material. The songs fly by at a clip, not letting a moment pass without attention to shifting density and juxtaposing pace. Those who you who enjoy the sound of a warped tape (raise your hands, people!) will be charmed by Tétreault’s rough segues and full-throttle information-overload.

Those who you who enjoy the sound of a warped tape (raise your hands, people!) will be charmed by Tétreault

Partitions graphiques: incursion dans un univers visuel

Benjamin Goron, La Scena Musicale, no. 24:5, February 1, 2019
Wednesday, February 13, 2019 Press

Sans s’y être forcément frottés, tous les musiciens ont vu passer un jour une partition graphique de John Cage ou Morton Feldman, créateurs de ce langage à cheval entre la musique et les arts visuels. Que cachent ces énigmatiques partitions, allant d’un ensemble de signes sur la portée jusqu’au dessin le plus abstrait? C’est ce que Productions SuperMusique, codirigé par Danielle Palardy Roger et Joane Hétu, cherche à nous faire découvrir au fil d’ateliers et de concerts présentés depuis plus de vingt ans. «Au départ, SuperMusique était en grande partie constitué d’autodidactes. L’écriture graphique nous permettait alors de nous rassembler autour de la musique», explique Danielle Palardy Roger. Au fil des ans, SuperMusique se spécialise dans les musiques improvisées et l’exploration sonore et acquiert une expertise de plus en plus recherchée dans le milieu de la musique contemporaine.

La partition graphique, un «jeu de piste»

La partition graphique, par sa recherche d’interaction entre son, espace et graphisme, se situe à la frontière de la musique et des arts plastiques. Elle suggère un énoncé musical qui peut varier d’un interprète à l’autre, celui-ci devenant alors cocréateur de l’œuvre. Cette graphie pouvant prendre des formes très diverses, cela a permis de pallier les limites de la partition traditionnelle et les créateurs de ce langage étaient autant des bruitistes ( Luigi Russolo) ou des compositeurs de musique aléatoire ( John Cage, Morton Feldman) que des improvisateurs ( Earle Brown, Anestis Logothetis, Pauline Oliveros). Ce modèle s’est étendu au fil du siècle au jazz expérimental ou au rock conceptuel, répondant toujours à une idée créatrice que la notation traditionnelle ne pouvait pas restituer fidèlement.

La partition graphique est souvent accompagnée d’une consigne écrite, afin de démystifier les symboles, formes et couleurs et de fixer un cadre dans lequel l’interprète pourra exprimer sa propre créativité. «Dans la musique nouvelle, la participation de l’instrumentiste créateur devient de plus en plus urgente et présente. Les jeunes qui sortent des écoles ressentent la nécessité de se manifester en tant qu’instrumentistes créateurs.» En novembre dernier, Productions SuperMusique a organisé deux concerts autour de partitions graphiques, où l’on a pu entendre des créations d’ Émilie Girard-Charest et Marielle Groven et un autre à la Chapelle historique du Bon-Pasteur autour d’une pièce du compositeur Symon Henry qui a fait de cette graphie le fer de lance de ses œuvres. L’univers des partitions graphiques connaît un engouement certain en ce début de XXIe siècle. «Une partition graphique, c’est un jeu de piste, un chemin nouveau qu’il faut découvrir. Chaque compositeur a son propre langage et sa propre esthétique, que l’on retrouve d’une pièce à l’autre. L’instrumentiste doit donc se familiariser avec le langage du compositeur, un musicien qui se spécialise dans les partitions graphiques comprend rapidement dans quelle matière sonore le compositeur se dirige.»

Outiller les musiciens de demain

Depuis bientôt dix ans, à la demande de nombreux étudiants, SuperMusique multiplie les initiatives pour démocratiser l’usage des partitions graphiques, un outil qui peut s’avérer précieux dans le cheminement du compositeur ou de l’interprète. En mettant en place de nombreux ateliers au Gesù, à la Chapelle historique du Bon-Pasteur et à la Sala Rossa, ainsi que des stages et une activité de mentorat à l’Université de Montréal, en partenariat avec le Cercle des étudiants.es compositeurs.rices (CeCo), SuperMusique répond à une demande croissante des créateurs cherchant à élargir leur langage, par simple curiosité ou réel intérêt. «Parmi les jeunes qui ont assisté à nos stages, plusieurs font aujourd’hui partie de SuperMusique», se réjouit Danielle Palardy Roger. L’ouverture des institutions traditionnelles reste pourtant très limitée et la formation des jeunes musiciens se fait le plus souvent en dehors des conservatoires et universités, grâce aux ateliers, mais aussi et surtout par la pratique instrumentale, individuelle ou collective. «Chaque improvisateur explore son propre langage des heures, des jours entiers, que ce soit la virtuosité technique ou timbrale. Il élargit aussi son écoute et son langage individuel à travers la pratique de l’improvisation, ce qui est fondamental.» Rompant avec les schémas traditionnels, compositeurs et instrumentistes trouvent dans cet univers des partitions graphiques et des musiques improvisées un espace de cohabitation où le geste créateur est partagé entre les différents participants. Les compositeurs font confiance aux interprètes, tandis que ces derniers peuvent exprimer leur personnalité et leur créativité.

Les partitions graphiques ne sont pas le seul langage permettant ce partage du geste créateur. Autre exemple, la gestuelle développée par les chefs pour composer de la musique en temps réel, dont le soundpainting est la forme la plus connue. Ce langage inventé et théorisé par Walter Thompson contient actuellement plus de mille gestes permettant au chef de communiquer avec l’orchestre pour créer une véritable peinture sonore. Au sein de SuperMusique, la gestuelle mise en place et s’enrichissant au gré des inventions est constituée de gestes traditionnellement admis dans le soundpainting et d’inventions de Jean Derome, Diane Labrosse, Joane Hétu ou Danielle Palardy Roger, entre autres. Langage en pleine expansion, il pourrait à lui seul faire l’objet d’un article plus fouillé.

Par leur implication dans la formation des jeunes générations de musiciens et de compositeurs, par la mise en valeur d’un siècle de recherche et d’invention dans le domaine de l’expérimentation sonore et des partitions graphiques ainsi que leur engagement à produire des concerts et passer des commandes, Productions SuperMusique a mis en place un créneau singulier qui répond à un besoin réel de la communauté musicale au Québec et qui est certainement amené à grandir au fil des ans. De quoi piquer la curiosité de tout un chacun…

De quoi piquer la curiosité de tout un chacun…

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.