The New & Avant-garde Music Store

Blog

Review

Steven Loewy, The New York City Jazz Record, March 1, 2020
Tuesday, March 3, 2020 Press

Lori Freedman shows she can do it all, expanding the vocabulary of the clarinet family, with a controlled technique that leaves the listener breathless.

Review

Steven Loewy, The New York City Jazz Record, March 1, 2020
Monday, March 2, 2020 Press

Freedman, who has collaborated with a who’s who of free improvisation, from trombonist George Lewis to bassist Joëlle Léandre, focuses here on the singular essence of sound, exploring a wide variety of strategies to transform the rawness of being into a glorious tribute to the limits of musical experience while expressing primordial emotions.

Critique

William Paulhus, Mes enceintes font défaut, February 21, 2020
Monday, February 24, 2020 Press

La meilleure musique est souvent celle qui nous emporte là où nous n’avions pas prévu aller. Malgré nos attentes, la réalité se trouve parfois à mille lieues de nos appréhensions. La rencontre inespérée entre quatre visages connus de la scène expérimentale montréalaise engendre une étonnante alchimie au sein du nouveau projet Siamois Synthesis. Voici une union dont la nécessité paraît de plus en plus évidente au gré des écoutes.

Sur Feu aimant, nous errons librement dans des nappes nostalgiques qui nous enveloppent et nous secouent à leur guise. L’imposant bagage du quatuor aurait pu nous faire croire que nous allions avoir droit à quelque chose de survolté par moment, mais la retenue semble être le mot d’ordre et c’est elle qui permet aux compositions d’atteindre un degré de beauté stupéfiant. Prenons par exemple le colossal morceau d’ouverture qui nous donne l’impression d’assister à un mashup entre la guitare de Earth et les albums plus détendus de Boris. C’est justement autour de trois monolithes de près de dix minutes que la structure globale s’édifie, à notre plus grande satisfaction.

La prodigieuse Maya Kuroki nous semble plus effacée contrairement à la plupart de ses autres projets comme Tamayugé ou Rippleganger, mais cette approche douce et harmonieuse sied parfaitement l’esprit de cette nouvelle formation. Les paroles intelligibles qu’elle nous transmet à la suite du segment frénétique dans Soleil nocturne forment certainement l’un des plus beaux moments musicaux de cette jeune année. Il ne faudrait toutefois pas oublier les trois autres architectes responsable de cette trame sonore aux multiples visages, soit Maxime Corbeil-Perron derrière les machines, Simon Trottier à la guitare et Sylvain Gagné à la basse. Si l’envie vous prend de vérifier si la chimie est aussi palpable lorsque le quatuor se réuni sur scène, le rendez-vous est le 25 février prochain à la Sala Rossa pour le lancement de cet album majestueux!

La rencontre inespérée entre quatre visages connus de la scène expérimentale montréalaise engendre une étonnante alchimie au sein du nouveau projet Siamois Synthesis. Voici une union dont la nécessité paraît de plus en plus évidente au gré des écoutes.

Critique

Normand Babin, Néomémoire, February 12, 2020
Monday, February 17, 2020 Press

Gabriel Dharmoo pratique l’humour en musique depuis un certain temps. Dans ce tout nouvel enregistrement, il présente sept pièces écrites entre 2009 et 2019, toutes pièces pour voix, toutes surfant à la frontière entre réalité et fiction, là où le compositeur se sent le plus à l’aise… Quand on connait un peu son parcours, on sait qu’il a étudié les musiques traditionnelles de plusieurs pays asiatiques et sud-asiatiques. Il a aussi appris des techniques vocales complexes comme celle du chant de gorge. Évidemment, il a aussi une vaste culture en musique occidentale classique que tout compositeur se doit d’avoir. Fort de toute cette richesse, de cet immense savoir, il compose des parodies, des pastiches qui sont si près de ce qu’on imagine parfois être la réalité, qu’on se surprend à cligner des… oreilles, tellement l’impression d’authenticité est frappante.

Gabriel Dharmoo combine quelques techniques, quelques caractéristiques de certaines traditions musicales et en fait un habile mélange, créant ainsi une fausse nouvelle tradition. Prenons Vaai Irandu, la dernière piste de l’album, qui devrait peut-être être écoutée en premier tellement cette musique est séduisante. On semble entendre une basse statique, grave, nous donnant l’impression d’un chant tibétain, d’un ‘om’ de méditation. Mais la mélodie qui s’y rajoute explose et devient semblable à celle de la danse kathak, la musique dhrupad, une mélodie enlevée, vivante et virevoltante. Le très beau contraste entre les deux parties rend cette musique irrésistible. Avec une énergie toute différente, Notre meute, une des pièces les plus souvent jouées du compositeur, interprétée ici par son groupe vocal Phth (arrangez-vous pour le prononcer) emprunte à tellement de sources, recréé tellement de traditions, vraies ou fausses, que l’auditeur est véritablement dépaysé, dans le sens d’être dépourvu d’un pays, si cela se peut. Ça commence par ce qui semble un appel à la prière ou au rassemblement, un chant de muezzin remixé. Au cours des brèves 12 minutes que dure la pièce, on y entendra des chants funèbres, des pleurs, des chants grégoriens, du beat box, du chant gitan ou peut-être arménien, qui sait? du vent, du chant à bouche fermée. Quand je dis qu’on y entend, il faudrait plutôt dire qu’on y ressent, qu’on a l’étrange impression d’avoir déjà entendu tout ça mais toujours par petits bouts, dans d’autres contextes. Un peu comme si il s’agissait d’une collection de citations vocales. Ravigotante musique, on y entend aussi un opéra de poche, un drame s’y passe. Parce qu’après tout, il y a souvent dans la musique vocale, presque toujours en fait, une histoire, un récit. Comme ce récit est en langue inventée, chacun peut à loisir interpréter à sa guise les détails de l’histoire racontée.

Alors qu’il pastiche des traditions imaginées, Gabriel Dharmoo fait aussi partie d’une certaine tradition: celle des poètes et compositeurs qui ont inventés des langues, forgés des mots nouveaux. Dans cette lignée, on compte aussi Claude Gauvreau et Claude Vivier qui ont, chacun à leur façon, créé une œuvre fleurie où la langue est inventée et poétique. Gabriel Dharmoo amène le concept un peu plus loin en nous faisant croire que cette langue existe vraiment. Tellement bien calquée sur de véritables langages qu’elle devient crédible. Pour rendre cette œuvre de façon aussi convaincante, qui de mieux que le compositeur lui-même pour l’interpréter. Il est à l’avant plan ou en solo dans toutes les pièces de l’album. Il est même son propre duettiste dans l’amusant Duo de Moogeon. En tout l’interprétation est impeccable et vive avec une prise de son qui rend bien l’intense présence des voix. Parce qu’il y croit profondément, chaque son, chaque note, chaque syllabe nous convainc. Que ce soit le bruit de la pluie, du vent, que ce soit un chant funèbre, on y croit sans retenue et on écoute avec fascination. Le compositeur pratiquerait donc l’humour en musique, mais quand allons nous rire? Après. Seulement lorsqu’on se rendra compte qu’il nous a bien eu. Et à tout coup, il nous aura.

Pour rendre cette œuvre de façon aussi convaincante, qui de mieux que le compositeur lui-même pour l’interpréter. […] En tout l’interprétation est impeccable et vive avec une prise de son qui rend bien l’intense présence des voix.

Review

Avant Scena, January 23, 2020
Monday, February 17, 2020 Press

Voir dans le vent… is a fresh new release of Ambiances Magnétiques. An album was recorded by Ensemble SuperMusique. This ensemble is famous in contemporary academical music scene which joins together great musicians, talented composer, young talents to work together. Original interpretation of new music always are filled with innovations, extended playing techniques, sonoristic experiments, authentic traditions, modern tendencies of contemporary academical music, especially bright and rich musical language, and wide range of styles, expressions and moods gently brought together. This time, an ensemble had recorded the compositions by Symon Henry. A talented and creative composer is getting on risky combinations, provocative and original musical decisions, has his very own sound and style, and is developping exciting new conception, as well. All music is based on experimental, electroacoustic and contemporary academical music combined with free improvisation and experimental jazz. That makes a dynamic, unpredictable and touching sound.

Isaiah Ceccarelli, Guido Del Fabbro, Jean Derome, Bernard Falaise, Lori Freedman, Émilie Girard-Charest, Joane Hétu, Diane Labrosse, Philippe Lauzier, Pierre-Yves Martel, Cléo Palacio-Quintin, Jean René, Danielle Palardy Roger, Vergil Sharkya’, Alexandre St-Onge, Pierre Tanguay, Martin Tétreault, Scott Thomson and Ida Toninato — these are all the members of Ensemble SuperMusique who are playing together in Voir dans le vent…. The music is based on difficult structure and rich evocative musical language. The musicians succesfully blend together all the sections to one place — an independent and bright melody line, dynamic rhythmic section, synth tunes, electronics, gorgeous musical background and innovative instrumentation. Separate independent sections are contrasting to each other and create a bright, expressive and modern musical language. The music is especially expressive and emotional — the musicians are mixing up together different kinds of motions, characters and expressions. Spontaneous turns, sudden changes, strong contrasts, masterful virtuosity, invention and the ability to switch from the one mood to another without any force — that makes an effort to flexible, expressive, sensible and effective playing manner. The music moves from the darkest pieces mixed with sorrows, anger, aggression or — ambient, subtle and relaxing mood. These episodes are filled with silent pauses, deep contemplations changed by minimalistic samples, sonoristic experiments, strange timbres and turn out to outregeous, haunted, heavy and dark mood. When suddenly the music changes — it gets striking and twisting, rises on sparkling riffs and wild culminations. Here a lyrical, solemn and relaxing playing manner is changed by intense, active and moving pplaying manner with rich ornamental texture. Here expressive melodies filled with shrieky exclamations, hysteric riffs, passionate flowing passages, intense, nervous and complicated rhythms, monotonous sessions are rising to luminous culminations, booming sessions, wild perturbations, radiant breaking riffs and scandalous pieces. The music is played in active, dynamic and expressive playing manner — different kinds of instruments are brought together. All music is based on huge stylistic variety — spontaneous free improvisation is integrated in already arranged contemporary academical music, astonishing and evocative experimental music, synthetic and modern electronics and innovations of academic avant-garde. Here meets an unconventional andevocative contemporary academical, experimental and electroacoustic music and abstract, moving and spontaneous improvisation. An innovative and bright instrumentation is created — it’s based on home-made, strange, experimental and extended playing techniques, rare and exotic instrumental combos, modern innovations, fusion of acoustics and electronics, and ornaments, abbreviations and textures of all kinds. That finally makes an inspiring, evocative and bright sound.

The music is especially expressive and emotional — the musicians are mixing up together different kinds of motions, characters and expressions. […] Here meets an unconventional andevocative contemporary academical, experimental and electroacoustic music and abstract, moving and spontaneous improvisation. […] That finally makes an inspiring, evocative and bright sound.

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.