actuellecd

Blog

Review

Adam Scime, Musicworks, no. 137, September 1, 2020
Wednesday, September 9, 2020 Press

The duo creates an environment where voice and electronics blend remarkably well, yet one can’t help but notice the staggering range of vocal alchemy on display.

Critique

Michel Rondeau, PAN M 360, July 1, 2020
Friday, July 10, 2020 Press

Quand il m’arrive de me sentir gavé, saturé de mélodies, d’accords et d’harmonies, pour me rincer les oreilles et me refaire une virginité musicale, j’aime bien, pendant un long moment, simplement prêter attention aux bruits qui m’entourent ou écouter une bonne séance d’improvisation libre. De préférence en salle puisque le partage du «ici maintenant» avec les musiciens qui s’y adonnent constitue une dimension aussi importante que celle de l’espace acoustique, mais comme nous risquons d’être privés de ce privilège encore un moment, nous pouvons heureusement nous rabattre sur des enregistrements, et il en existe d’excellents, comme celui-ci.

Le calibre des improvisateurs a son importance, et ici, nous sommes servis: un clarinettiste depuis lontemps rompu à ce genre d’exercice, le Français Xavier Charles (The Contest of Pleasures, Dans les arbres), deux des improvisateurs québécois les plus actifs sur la scène internationale, le gambiste originaire d’Ottawa Pierre-Yves Martel, qui joue également ici de l’harmonica, le bassiste rimouskois Éric Normand, qui emploie aussi divers objets qui servent de percussions, et le contrebassiste autrichien Matija Schellander. Le lieu d’enregistrement a aussi son importance. Il s’agit en l’occurence d’un lieu de culte parisien dont la résonance particulière est propice à ce genre d’exercice.

Dès les premières notes, nous sommes plongés dans cette ambiance mystérieuse qui distingue souvent les impros libres réussies, avec cette tension, un peu comme dans un suspense, qui est maintenue de bout en bout. Il y a aussi la lenteur parcimonieuse avec laquelle les instrumentistes, sur la corde raide, déroulent leur fil narratif, la variété des timbres et des textures, comme ces trilles caractéristiques du clarinettiste au vocabulaire étendu, avec vrombissements, feulements, craquements, frottements, tintements, sens de la dynamique et de l’organisation spatiale. Jamais rien n’est forcé, bien qu’il y ait parfois certains accents ou éclats sonores ou des moments plus appuyés. Et jusqu’à la résolution finale, il y a toujours cet équilibre des forces en présence qui est maintenu, comme chez les funambules.

… nous sommes plongés dans cette ambiance mystérieuse qui distingue souvent les impros libres réussies…

Focus Québec — Planètes connues

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no. 124, June 1, 2020
Monday, July 6, 2020 Press

L’auditeur peut se plonger ici dans un environnement sonore étonnant. Il s’agit certes de piano (parfois à quatre mains, son créateur, Philippe Lauzier y étant secondé par Belinda Campbell), mais surtout d’un croisement avec des fils suspendus, inspiré du métier à tisser: non pas un piano «inside», mais un piano «outside». En somme, cette installation sonore offre une sorte de condensé entre le piano préparé et les longs strings, instruments chers à Paul Panhuysen ou Ellen Fullman. Sans doute aussi intéressant du point de vue visuel, qu’on peut apprécier ici: https://www.youtube.com/watch?v=b0NkZHH8hJQ

Focus Québec — Nouveaux satellites

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no. 124, June 1, 2020
Monday, July 6, 2020 Press

Flûtiste dans l’Ensemble contemporain de Montréal, Marie-Hélène Breault s’est associée à la pianiste Pamela Reimer (elle aussi membre du même ensemble, tout en collaborant aussi au Bradyworks, créé par le compositeur/guitariste Tim Brady) pour enregistrer, pour le compte de la Collection QB, une série d’œuvres de compositrices et compositeurs canadien.ne.s. Au menu: John Rea, Gilles Tremblay, Denis Gougeon, Claude Vivier et Ana Sokolović (originaire de Serbie, elle est devenue résidente canadienne en 1992), auxquels les deux musiciennes rendent hommage à travers deux œuvres pour chacun et chacune. Parfois pour un seul instrument, la flûte (Les Vêpres de la Vierge: Envol de Tremblay, L’Oiseau blessé de Gougeon), ou le piano (Trois Études de Sokolovic, Musiques de l’eau de Tremblay et Shiraz de Vivier}… Ce parcours en dix étapes révèle des pièces assez variées, parfois de facture relativement classique [Sonatina de John Rea ou Pièce pour flûte et piano de Claude Vivier], en introduisant des climats variés un peu mystérieux [les Trois Études], troubles [Un Bouquet de brume d’Ana Sokolović], mais aussi parfois primesautiers [Canto del piccolo de Gougeon], voire ludiques [Las Meninas de John Rea, faite de cinq tableaux, dédiés chacun à un compositeur: Chopin, Evangelista, Koprowski, Stravinski, Glass]…