La boutique des nouvelles musiques

Blogue

Review

Stuart Broomer, Musicworks, 1 avril 2019
mardi 16 avril 2019 Presse

In the week following, Normand and bass clarinetist Philippe Lauzier, partners in the duo Not the Music, toured with Butcher as a trio. How Does This Happen? documents concerts in Ottawa and Montréal, each the kind of music that succeeds in inverse proportion to its potential to be described. In each piece, we hear series of notes, sometimes multiphonic, sometimes singular, sometimes in repeated two- or three-tone micro-phrases; sometimes the sounds can be comfortably ascribed to individual instruments, sometimes less so, but it doesn’t seem to matter. Normand plays electric bass and objects, but he has succeeded so happily in transcending the electric bass’s typical sound that it’s more likely identifiable as “non-reed.” Even on a recording, one realizes that the sounds interacting in the room, the re-enactment and resonance of sounds within sounds, have become as important as any musician’s individual notes, and that the composition is as much the room’s; as much, ultimately, the auditor’s, as the initiating trio’s. How Does This Happen? It’s either a very long story or something felt immediately.

… the kind of music that succeeds in inverse proportion to its potential to be described.

Crítica

Daniela Orvin, RNE3: Atmósfera, 14 avril 2019
mardi 16 avril 2019 Presse

T.A.G. es el tercer disco en solitario de la compositora Monique Jean.

T.A.G. se compone de dos piezas acusmáticas de una duración aproximada de 24 minutos compuestas en 2013 y grabadas en el estudio de Monique en Montréal

T.A.G. es una obra inspirada por tumultos de manifestantes y, más particularmente, por las enérgicas formas que se convierten en inundación, deriva y multitud. La masa se desplaza y se ondula, sujeta a repentinas bifurcaciones, avances y tensiones cargadas de colisión de seres multitudinarios y heterogéneos. Los sonidos, principalmente sintetizados, son orgánicos y urbanos a la vez en sus movimientos subterráneos, en sus escapadas, aceleraciones y muros de resistencia.

La versión que nos llega de T.A.G. esta masterizada por Christian Bouchard entre los meses de febrero y marzo de 2018 en Montréal.

T.A.G. es una obra inspirada por tumultos de manifestantes y, más particularmente, por las enérgicas formas que se convierten en inundación, deriva y multitud.

Critique

Roland Torres, SilenceAndSound, 15 avril 2019
mardi 16 avril 2019 Presse

Composé par le contrebassiste et chef-d’orchestre Nicolas Caloia, Coco Swirl mélange les forces de l’avant-garde pour offrir un instantané de la musique contemporaine, où free jazz et expérimentale rentrent en collision pour donner naissance à un cosmos délirant.

Les instrumentistes présents, ont la place de donner libre-court à des salves d’improvisation, conférant à Coco Swirl un goût d’expérience auditive à la croisée des genres, faisant se percuter cuivres, cordes, xylophones, piano électrique et rythmiques sur des murs du son aux avancées mélodiques en mode hors-cadre.

L’autre grande force de Ratchet Orchestra, est de conjuguer les pistes et de donner à chacun un espace qui lui est propre, capable de s’isoler ou d’appuyer musicalement le reste de l’ensemble, permettant à la narration de gagner en énergie et en densité.

La richesse de Coco Swirl réside dans son approche très accessible pour un néophyte curieux, tout en développant une écriture pointue à la recherche musicale intense, qui sait puiser intelligemment dans le passé pour catapulter le tout dans un rétro-futurisme en constant mouvement. Très fortement recommandé.

Très fortement recommandé.

Critique

Philippe Desjardins, Le canal auditif, 12 avril 2019
mardi 16 avril 2019 Presse

L’an passé Jean Derome a publié Résistances, un album basé sur le thème de l’électricité, et a gagné le prix Opus de l’album de l’année en musique actuelle et électroacoustique. Après quarante-cinq ans de carrière, Derome est une référence en la matière et a démontré à cette occasion qu’il était en excellente forme créative. Avec Sudoku pour Pygmées, il fait un saut dans le passé pour réunir trois œuvres composées à dix ans d’intervalle (1989, 2001, 2010), réunissant ses collègues les Dangereux Zhoms ( Pierre Cartier, Guillaume Dostaler et Pierre Tanguay) et d’autres musiciens issus du milieu la musique actuelle. Au-delà de la valeur sûre, comme quoi un disque de Derome est un divertissement garanti, c’est la cohérence de son langage musical sur deux décennies qui se démarque ici. L’oreille est captivée par sa façon singulière de raconter une histoire à travers les solos et improvisations inspirés du jazz.

Sudoku pour Pygmées (2010) est basé sur un sudoku paru la même année dans Le Devoir, auquel Derome a assigné des notes et valeurs rythmiques à chaque chiffre. Les lignes horizontales correspondent à une séquence A, tandis que les verticales à la B. La pièce est montée en sortes de canons à travers lesquels un nouvel instrument est proposé comme soliste. L’introduction prend forme aux instruments à vent, secondés ensuite par les cordes et le piano, établissant une atmosphère légèrement inquiétante. Le premier canon met en place une grille percussive à travers laquelle se croisent les notes individuelles de chaque instrument, passant comme une percée de soleil après le temps gris. La contrebasse annonce le deuxième segment sur un ton plus jazzé, permettant à la flûte de ressortir du groupe et d’apporter un petit air planant progressif. La clarinette s’exclame ensuite en tourbillonnant au-dessus du piano et de la contrebasse, transmettant sa folie au violon.

«Il était tard, j’étais en train de terminer mon verre de bourbon pendant qu’un saxophone jouait sur un groove jazz à saveur de film noir» dit-il à propos du quatrième canon. La suite est plus percussive, les notes dissonantes se succédant pendant que la batterie mitraille les impacts, mais ça se calme rendu au tour de la trompette, qui partage sa part de mélancolie au-dessus de la trame rythmique. La flûte ramène le soleil comme un oiseau tout énervé de commencer la nouvelle journée, le temps de me faire penser à un mélange entre Jethro Tull et Harmonium, c’est très cool. Le piano nous transporte à nouveau à la soirée jazz pour continuer à siroter le scotch, tandis que le saxophone nous fait passer à la suite en jouant au-dessus de la séquence A. La guitare électrique coupe ça nette avec ses notes aiguisées et sa distorsion bien ajustée au niveau de dissonance de la séquence B. Le saxophone revient de façon romantique, passage plus doux et moins expérimental, avant que les percussions densifient la trame et fasse conclure la pièce follement sur la deuxième séquence, bien lourde et dissonante.

7 danses (pour «15») (1989) débute avec Folk Dance, qui instaure un léger empressement aux vents et violons, explosant rythmiquement par la suite dans les basses, avec mention spéciale au charleston de la batterie. Les instruments se répondent en glissando, accentuant la tension jusqu’à la transition franche vers Shuffle. Le rythme est dans tous ses contretemps, épaissit par les cuivres rendus au segment qui fait penser à Dragnet. La guitare électrique et la contrebasse prennent le relais avec le même enthousiasme, piano et violon dissonant en prime. La contrebasse conserve le tempo durant la partie rock, placée au centre d’un tourbillon de cuivres et de percussions qui tournent follement. La trompette étouffée de Jazz Waltz donne le temps de reprendre son souffle aux instruments à vent, reprenant mollement le thème musical. Invocation Dance alourdi le rythme et entretient une dissonance presque irritante jusqu’à libérer les oreilles avec Pastourelle. Une pause ingénieuse dans le tempo qui permet de renouer avec chaque instrument de façon plus délicate. Ça se termine avec War Dance et les curieux glissandos aux cordes, secondés par la guitare électrique et sa montée/descente d’accords rythmiques, concluant sur une superbe finale aux vents.

5 pensées (pour le caoutchouc dur) (2001) ouvre gracieusement aux cuivres, cordes et piano avec Première pensée: Dark, Dramatic, Mysterious. La guitare électrique s’installe au-dessus de la trame soufflée, entre l’intro expérimentale et le solo rock, suivi par le violoncelle et le violon en long glissando. Deuxième pensée: Relaxed and Witty commence par un jazz léger et amusant qui fait sourire, comme une trame de série télévisée des années 50. Troisième pensée: Processional, noble and expressive est plus posée, laissant les accords de guitare résonner derrière le solo de trompette, et se densifiant en glissando avec juste ce qu’il faut de dissonance pour déséquilibrer agréablement la ligne mélodique. Quatrième pensée: Energetic and Focused rebondit sur deux accords au piano accompagnés par les percussions. Les instruments à vent viennent apporter de la masse et du volume à la trame, laissant ainsi s’échapper quelques solos virtuoses. Cinquième pensée: Crazy, Festive and Almost Frantic part en folie comme un numéro de cirque où tous les clowns tentent de s’enfuir de la balloune qui va exploser. Rapide et entraînante, la dernière pensée culmine en montées et descentes frénétiques de trompette, pour s’amincir progressivement vers le dernier souffle.

Ce qu’il y a de remarquable avec le fait de rassembler trois œuvres composées sur vingt ans est l’occasion de savourer le niveau de cohérence dans le travail de Jean Derome. Avec le nombre de collaborations entreprises jusqu’à maintenant, il est très pertinent de présenter trois œuvres interprétées avec les Dangereux Zhoms et le reste du groupe monté à la façon d’un big band. Les teintes, d’inspiration jazz et tzigane, enrichissent la palette sonore de toute sorte de tournures mélodiques ou rythmiques qui rend l’oreille captive tellement c’est intéressant. Encore une fois, la musique de Derome a la qualité extraordinaire de pouvoir être appréciée à la légère comme un jeu d’enfant, et de façon approfondie comme un audiophile à la quête de virtuosité musicale.

Au-delà de la valeur sûre, comme quoi un disque de Derome est un divertissement garanti, c’est la cohérence de son langage musical sur deux décennies qui se démarque ici. — Le meilleur du canal auditif — 8/10

Review

Stuart Broomer, Musicworks, 1 avril 2019
mardi 16 avril 2019 Presse

Through his singular drive, devotion, and inventiveness, Éric Normand has made Rimouski, a small Quebec city over 500 kilometres from Montréal, a thriving centre for free improvisation. He has an improvising orchestra, GGRIL (Grand groupe régional d’improvisation libérée), an annual festival, and a busy record label, Tour de Bras. Two recent CDs document the remarkable quality of music that these activities have fostered.

Façons is a two-CD set of three pieces performed by GGRIL, each piece by a different composer, each with a different guest improviser. The first work, Organon, is a drone piece composed by Montréal percussionist-composer Isaiah Ceccarelli. Played by a seventeen-member group, including English saxophonist Caroline Kraabel, it begins as a teeming, swelling mass of sound around a series of dissonant chords that build in power and depth, creating the illusion of a much larger ensemble. In part, it’s the emphasis on low frequencies (baritone and bass reeds, multiple electric and acoustic basses) that creates that dense texture, but it’s the way the piece thins out that makes it distinctive and beautiful, gradually emphasizing trumpeter Alexandre Robichaud’s timbral clarity. The next piece, Sur les genoux (On the Knees), is a brief listening exercise created by French clarinetist Xavier Charles and performed with guest tenor saxophonist Ingrid Laubrock. Whatever the method, it results in a quiet carpet of shifting sounds — some regular, like plucked strings; others, like brief reed and percussion sounds, almost incidental.

The major work is the six-segment Local Fixations: composed by English saxophonist John Butcher and featuring him, it was created in April 2018. “Interested in the contrasts of timbres and manners,” according to the liner notes, each of its segments brings forth fresh dimensions from the thirteen-member version of GGRIL. That’s directly related to Butcher’s own ever-expanding range, which includes forays back to the “energy music” phase of free jazz. The Sharp-Eyed Gods segment is particularly remarkable, built on a series of sudden eruptions that resemble the effect of dropping an old spring reverb unit, plus explosions of bass and percussion that trigger brief solos, including a melodious classical guitar. Collective Memories II moves from light, overlapping instrumental voices to chaotic density, Butcher’s soprano running fleetly through both. By the time the gravelly, sustained voices arise at the end of the ultimate Floating Amphora, every voice in the ensemble has had its significant say.

Two recent CDs document the remarkable quality of music that these activities have fostered.

Review

Frans de Waard, Vital, no 1178, 8 avril 2019
mercredi 10 avril 2019 Presse

Apparently, Pierre-Yves Martel and Carl Ludwig Hübsch have been playing together for some years now. Martel plays ’viola da gamba and harmonica and Hübsch is on tuba and objects. Following their last tour in Canada, they decided to invite two like-minded Montréal musicians for a joint recording session. Conveniently their names lead to the acronym HMMH; Emilie Mouchous plays synthesizer and Joane Hétu plays saxophone, voice and objects. Together they recorded the six pieces in a single day session in October 2017. While this is improvised music, probably more the alley of mister Mulder, I was listening to this and found myself attracted to the music. It surely is improvised but the approach here is also within the realm of electro-acoustic music and each of the players treats their instrument in an unusual way. The way Mouchous adds her synthesizer makes for a further level of alienation. Sometimes a bit drone like (but surely also from saxophone and viola), or piercing blocks of sound, while other instruments are played with objects, next to a more regular playing of these and the fine interaction between the players, make that these six pieces are a fine joy to hear. There is a great delicacy in these pieces, with moments of quietness and introspection, as well as outbursts of controlled ’noise’ and ’mayhem’. All in all, this is quite a lovely work.

There is a great delicacy in these pieces, with moments of quietness and introspection, as well as outbursts of controlled ’noise’ and ’mayhem’. All in all, this is quite a lovely work.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.