La boutique des nouvelles musiques

Blogue

Événements en cours ou à venir

lundi 30 mars 2020 En concert

Anniversaires de naissance

lundi 30 mars 2020 Général

Aujourd’hui 30 mars est l’anniversaire de:

D’autres anniversaires récents et à venir:

Review

Dolf Mulder, Vital, 23 mars 2020
mercredi 25 mars 2020 Presse

Gabriel Dharmoo is a young composer, vocalist, improviser and researcher from Montréal, where he completed his studies in composition and analysis. He studied also Carnatic music and has an interest in cross-cultural and multi-traditional musical projects; a broad-minded and multi-talented performer and composer. He travelled the globe performing on many different festivals and also many of his compositions have been performed on most continents. He is “interested in the ambiguous space between reality and fiction, imagining the music of invented cultures”. On this debut solo album, we learn more about him as a composer, improviser and vocalist. The album entails seven works, composed between 2009 and 2019. All works are pure abstract non-verbal works, except Futile Spells that has partly bi-lingual vocals (French and English). This is the central and most lengthy piece on the album sung by a choir of nine vocalists (with some handclapping). This is a very dramatic work that illustrates his focus that I just quoted. One hears allusions of other vocal traditions from all over the globe, condensed in convincing and intelligent constructions that suggest some kind of fictional world music. This counts for all works on this release. The closing work. Vaai Irandu for example is a very Indian-flavored melodic work. Notre meute also echoes many cultural influences in an intriguing performance by the experimental voice ensemble Phth using a variety of techniques. The improvised works, Duo de Moogeon is a very intense duo of Dharmoo with Elizabeth Lima. Trompe de Cataimaans is a fantastic solo improvisation by Dharmoo. This is experimental on the one hand, but also very physical and human music. A fantastic album that brings joy!

This is experimental on the one hand, but also very physical and human music. A fantastic album that brings joy!

Critique

Roland Torres, SilenceAndSound, 17 mars 2020
jeudi 19 mars 2020 Presse

C’est dans une démarche de recyclage des objets du quotidien, que s’inscrit le travail de la compositrice Léa Boudreau.

Pour Chaos contrôlé, elle s’est penchée sur le circuit-bending de jouets d’occasion, confectionnant une matière première corrosive, qu’elle a sculpté pour donner naissance à des titres aux variations constantes et ludiques.

Naviguant sur des terres inquiétantes traversées de spasmes humoristiques, Chaos contrôlé déverse dans l’espace des volutes tourbillonnantes entrainant l’auditeur dans des contes étranges aux échos palpitants, traversés de modulations glitchées aux grésillements nerveux et de noise cardiaque. Un album cartoonesque pour adultes consentants!!!

Chaos contrôlé déverse dans l’espace des volutes tourbillonnantes entrainant l’auditeur dans des contes étranges aux échos palpitants

Le meilleur de LCA

Philippe Desjardins, Le canal auditif, 10 mars 2020
mardi 10 mars 2020 Presse

Siamois Synthesis est le nouveau projet, et l’heureuse rencontre, de quatre artistes de la scène musicale expérimentale, soit Maxime Corbeil-Perron aux claviers et objets électroniques, Sylvain Gagné à la basse électrique, Maya Kuroki au chant trafiqué et Simon Trottier à la guitare électrique. Bien que les quatre membres aient collaboré à plusieurs reprises auparavant, en duo généralement, l’espace-temps était enfin aligné pour aboutir à un quatuor et un premier album nommé Feu Aimant, lancé en février dernier. On constate rapidement la dimension du territoire couvert par l’esthétique sonore, s’inspirant du rock expérimental, du post-rock et des trames de film rétro des années 70 et 80. On apprécie par la suite le contraste entre les éléments structurés et réfléchis, qui mènent intuitivement vers ceux plus déconstruits et improvisés.

Blossoms (redux) ouvre sur une suite d’arpèges au clavier, comme un orgue ondulé qui mène vers une combinaison post rock, dont la guitare, la basse et la trame rétro créent une grande pulsation mélodique. La voix de Kuroki se place dans un coin, chuchotant un monologue à travers un effet de réverbération qui imite les tuiles froides d’une salle de bain. La pièce monte progressivement en intensité, atteignant un plateau durant la deuxième moitié qui combine de manière épique les harmonies musicales avec les effets de saturation. 4AM revient sur terre avec un ronronnement électrique secondé par des notes de guitare en écho, créant un interlude à la limite de l’apesanteur, particulièrement reposant après le décollage précédent. Le kick techno de Soleil nocturne se fixe au sol, au-dessus duquel s’ajoute une guitare dissonante qui scie les fréquences en deux, avec une basse électrique relativement douce qui prend en charge la mélodie. Kuroki apparaît tout en réverbération en chantant des notes soutenues comme des filaments angéliques qui se faufilent à travers les effets, passant du no wave au spoken word tout naturellement. La combinaison change vers une troisième partie entraînante qui reprend le kick et élève ça à un niveau très enthousiaste, passant ensuite à un dernier mouvement développé autour de la guitare électrique.

Random Other plane comme une courte trame de prog-rock dans laquelle les notes de slide guitar s’étirent à travers l’espace, laissant la ligne de basse prendre le relais comme guide mélodique. TriggerWarning_drumsdrumsdrums alourdie le tempo avec son rythme lent à la basse et la guitare, créant une progression dramatique qui devient de plus en plus saturée. Le mélange, à saveur expérimentale, fait penser à du psychobilly ralenti tout près du point de rupture, mais sans laisser tomber le thème musical. Urizen change de direction pour une boucle percussive accompagnée d’une trame ambiante, dissonant légèrement, comme un vieux ruban magnétique. Une fois les harmoniques bien établies, le rythme redouble d’efforts à l’avant dans le mix, pendant que la voix de Kuroki réverbère vers l’arrière. Le monologue devient un peu plus compréhensible rendu au segment flottant, dans l’intention du moins, le temps de reprendre le souffle avant de repartir dans une densité post-rock. Sans Fracas résonne au loin comme un vibraphone saturé placé dans une pièce adjacente. La basse électrique suit mélodiquement, secondée par les effets de larsens de la guitare électrique et concluant en équilibre entre la consonance et la dissonance.

C’est précisément de ça qu’il s’agit sur le premier album du quatuor, l’équilibre entre deux états qui, pour faire un lien avec le titre de l’album, revient à un premier mets bien préparé auquel on met le feu pour obtenir le deuxième, plus chaotique et imprévisible. Il y a une dimension pyromane à cet album qui s’inspire de l’effet hypnotique de regarder un feu de camp, et d’écouter des thèmes musicaux qui se consument à ouïe d’oreille (haha!). Bref, au-delà de l’action de brûler affectueusement, ce premier album révèle une combinaison riche et complexe, dont les saveurs ne se libèrent pas toutes dès la première écoute. Il faut laisser mijoter un peu pour en apprécier toutes les subtilités.

8/10

… ce premier album révèle une combinaison riche et complexe…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.