La boutique des nouvelles musiques

Blogue

Anniversaires de naissance

vendredi 17 août 2018 Général

Aujourd’hui 17 août est l’anniversaire de:

D’autres anniversaires récents et à venir:

Événements en cours ou à venir

vendredi 17 août 2018 En concert

Damian Nisenson, le polyglotte du jazz

Serge Truffaut, Le Devoir, 11 août 2018
samedi 11 août 2018 Presse

S’il fallait prêter un visage actuel à l’opiniâtreté, voire au courage, alors Damian Nisenson conviendrait à merveille. Quel parcours que celui de ce saxophoniste et compositeur installé à Montréal depuis 2004! Quel destin que celui de cet homme qui propose aujourd’hui un album intitulé Sit sur l’étiquette Malasartes. Qu’on y songe: sa vie a été faite de la poésie juive des ghettos d’Ukraine et de Moldavie à la verdeur fiscale de la Suisse, en passant par le culte des kibboutz en Israël et surtout l’inclination pour l’horreur des généraux argentins. Détaillons. Du moins essayons.

À la fin du XIXe siècle pour certains ou au début du XXe pour les autres, ses grands-parents ont fui, jeunes, les pogroms qui rythmaient la vie des ghettos d’Ukraine et de Moldavie. Destination? L’Argentine. L’un des grands-pères était un poète qui parlait une langue aujourd’hui rare: le yiddish. Il récitait et chantait non seulement ses poèmes, mais aussi ceux écrits ici et là dans l’Empire austro-hongrois ou en Russie. Les autres? Ils aimaient la musique quand ils n’en jouaient pas. Du klezmer, il va sans dire.

De ces personnages dont les vies empruntent aux légendes se démarqua un grand-oncle. «En Argentine, il était un troubadour qui jouait du klezmer, mais aussi du tango et du jazz. Chez nous, la musique était toujours présente. Mes premiers souvenirs sonores, au début des années 1960, c’est Getz avec Gilberto et Mulligan avec Brookmeyer. À l’âge de sept ans, j’ai commencé à suivre des cours de flûte. Puis j’ai étudié pendant des années au conservatoire de Buenos Aires le violoncelle, la guitare classique.»

Au milieu des années 1970, les généraux argentins, si convenables aux yeux de Kissinger et de la cohorte des politiciens ivres de sang, imposent une manière de faire et bien des lois calquées sur le régime qui avait servi de modèle à Juan Perón. Inutile de préciser. Chacun aura deviné lequel. Alors Damian, âgé de 18 ans à ce moment-là, sachant que les étudiants étaient particulièrement visés, prit la route de l’exil à la vitesse grand V. Direction: la Suisse.

«Je me suis installé à Fribourg, où j’ai étudié le saxophone classique. J’ai commencé à jouer un peu partout ici et là, surtout à Genève. Lorsque la dictature des généraux a été renversée, je suis retourné en Argentine. Dans les années 1990, je jouais dans un groupe rock-pop qui avait pas mal de succès. Mais voilà, j’ai détesté ça. En 1997, j’avais quatre filles, j’ai décidé de quitter ce pays.»

«Peu après mon arrivée au Québec, j’ai fait la rencontre de Denis Leblanc, un excellent joueur de bandonéon, qui a écrit deux noms sur une feuille de papier. Celui de Joane Hétu [l’admirable fondatrice d’Ambiances magnétiques] et du batteur Pierre Tanguay. C’est Joane qui m’a conseillé de fonder un label. C’est comme ça qu’est né Malasartes.»

Aujourd’hui, notre saxophoniste propose donc Sit réalisé en compagnie de Jean-Félix Mailloux, qui est l’exemple parfait de ce que solidité à la contrebasse signifie, de Bernard Falaise, aussi tranchant et vif qu’un Marc Ribot, et du batteur Tanguay, qui a ceci de littéralement prodigieux, il n’y a pas d’autre mot, qu’il a fait l’alchimie entre Joey Baron, Shelly Manne et Billy Higgins.

Le résultat fait naturellement penser à John Zorn, celui de Masada, celui des associations avec divers cantors. En un mot, Nisenson a réussi quelque chose de très singulier: remonter le fil d’une vieille et lointaine culture avec un souci pour la finesse, la subtilité, qui fait de Sit un grand disque.

Sit
… avec un souci pour la finesse, la subtilité, qui fait de Sit un grand disque.

Review

John Eyles, The Squid’s Ear, 23 juillet 2018
lundi 23 juillet 2018 Presse

Fittingly, Les porteuses d’Ô was released in January 2018, the year marking the twentieth anniversary of the formation of Montréal’s Ensemble SuperMusique (ESM). In the years of its existence, the ensemble has explored ways of integrating improvisation with composed music, commissioning over fifty compositions that combine the two. So, it is no surprise that this landmark album features three new graphically-scored compositions which aim to do just that. The line-up of ESM has evolved throughout its lifetime, with few ever-present members; of the twenty-six players credited on ESM’s debut album, Canevas (Ambiances Magnétiques, 2004), only four feature among the thirteen on Les porteuses d’Ô — alto saxophonist and flautist Jean Derome, alto saxophonist and vocalist Joane Hétu, alto Jean René and percussionist Danielle Palardy Roger. ESM co-founders Hétu and Palardy Roger supplied two of the album’s compositions, the third coming from Vancouver-based Lisa Cay Miller; yes, all three pieces do have female composers.

Recorded live in concert, in Montréal, in April 2017, together the pieces run for just over forty minutes, the three being of similar lengths. The album opens with Palardy Roger’s 2014-15 piece En arrivant par le nuage de Oort, the title referring to the theoretical Oort cloud of icy objects, the origin of long-period comets such as Hale-Bopp. Palardy Roger says that “the unfolding of the composition evokes the journey one might undertake between the Oort cloud and the Sun.” Of course, the danger of such a statement is that the composition in question is listened to as programme music, with the listener literally interpreting each sound. To combat that, it would be useful to see the graphic scores themselves, but this CD does not include any of them, only their composers’ notes on them. Suffice to say that the music feels true to its composer’s intention; its soundscape begins with lots of small percussive sounds surrounded by space, and gradually becomes fuller, louder and more intense as it builds steadily to a climax.

By comparison, the next piece, from 2015-17, Hétu’s Préoccupant, c’est préoccupant, is far more garrulous and dramatic. Fittingly, the fifteen-minute track opens with a theatrical drum roll which leads into a prolonged passage of discordant sounds from the nine musicians involved, heralding the arrival of the composer’s own voice. From there on, the piece is episodic with that voice dominating. As the composition focuses on four “concerns that can insidiously interfere in our lives”, starting with “To Fall from High”, there is plenty of scope for expressive outpourings of emotion and angst, including weeping and wailing. The calmer instrumental passages provide welcome periods of respite.

The album closes with Miller’s 2017 composition Water Carrier which (in translation) is practically the title piece. Inspired by the issue of drinking water rights of First Nation communities in Canada, it is wholly instrumental, successfully integrating composed and improvised music. It features some poignantly melodic passages played by the ensemble’s strings. These are interspersed with some strongly rhythmic sections and others with a clear jazz influence.

Together, these three very different compositions show radically contrasting facets of ESM and demonstrate that it is in excellent shape as it enters its third decade.

Together, these three very different compositions show radically contrasting facets of ESM and demonstrate that it is in excellent shape as it enters its third decade.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.