actuellecd La boutique des nouvelles musiques

Blogue

Événements en cours ou à venir

mardi 19 janvier 2021 En concert
  • 12 – 20 février 2021: Salt Festival 2021: 8e édition / New Music Festival and Symposium
    Présenté par Salt Festival
    Victoria (Colombie-Britannique, Canada)
  • 20 – 23 mai 2021: FIMAV 2021: 37e édition / Festival international de musique actuelle de Victoriaville
    Présenté par FIMAV
    Victoriaville (Québec)
  • 24 – 30 mai 2021: Re:flux 16: 16e édition
    Présenté par Re:flux
    Moncton (Nouveau-Brunswick, Canada)
  • 3 – 6 juin 2021: Open Ears 2021: 13e édition / Festival of Music and Sound
    Présenté par Open Ears
    Kitchener (Ontario, Canada)
  • 1 – 7 juillet 2021 (à confirmer): Sound Symposium XX: 20e édition
    Présenté par Sound Symposium
    St John’s (Terre-Neuve-et-Labrador, Canada)
  • 30 juillet – 1 août 2021: Electric Eclectics 2021: 15e édition / Festival of Experimental Music and Sound Art
    Présenté par Electric Eclectics
    Meaford (Ontario, Canada)
  • 15 – 19 septembre 2021 (à confirmer): Guelph Jazz Festival & Colloquium: 27e édition
    Présenté par Guelph Jazz Festival
    Guelph (Ontario, Canada)
  • 2 – 5 décembre 2021: Sonic Matter: 1re édition / Festival für zeitgenössisches und experimentelles Musikschaffen
    Zurich (Suisse)

Anniversaires de naissance

mardi 19 janvier 2021 Général

Aujourd’hui 19 janvier est l’anniversaire de:

D’autres anniversaires récents et à venir:

Critique

Steve Naud, PAN M 360, 1 décembre 2020
mardi 12 janvier 2021 Presse

Avec Navigations, le Quatuor Bozzini nous offre une bien belle fenêtre sur l’univers d’Alvin Lucier.

Depuis sa création il y a une vingtaine d’années, le Quatuor Bozzini a su développer des relations privilégiées avec plusieurs créateurs importants de l’époque actuelle. C’est à la demande du seul et unique Alvin Lucier que l’ensemble montréalais fait aujourd’hui paraître ce disque constitué de pièces jouées dans le cadre d’un concert sur les planches du Gesù en 2015. Elles ont été réinterprétées l’été dernier à l’église Sainte-Théodosie de Calixa-Lavalée pour les fins de cet enregistrement qui nous présente différentes facettes de l’œuvre du compositeur américain.

Le disque s’ouvre avec Disappearances, une pièce créée en 1994 qui s’inscrit dans la portion plus drone du répertoire de Lucier. Soutenant des bourdons sonores qui se déploient sur plusieurs minutes, les membres du Quatuor Bozzini font preuve d’une adresse et d’une endurance colossales. Les mélomanes qui prisent ces faisceaux musicaux horizontaux en savoureront toute la profondeur avec beaucoup de plaisir.

Group Tapper (2004) nous transporte dans un tout autre univers. Les quatre musiciens utilisent leurs violons comme des instruments à percussion en les frappant avec leurs archets. L’auditeur a l’impression de se retrouver dans une caverne où aurait lieu un rituel païen invoquant de mystérieuses divinités. Ce sentiment d’étrangeté s’accentue à l’écoute des vingt-quatre courtes séquences d’ Unanumo (1994) aux cours desquelles le chant des instrumentistes se marie au frottement des cordes. La musique qui en résulte déconcerte autant qu’elle fascine.

En guise de conclusion, Navigations for Strings (1991) nous ramène sur les berges des rivières drone. Pour maîtriser ces courants sonores continus, le Bozzini se montre aussi habile que le réputé Quatuor Arditti qui a, lui aussi, endisqué cette œuvre il y a quelques années. Sa performance est, une fois de plus de très haut niveau, mais le travail de l’ingénieur de son Carl Talbot, qui nous permet d’en apprécier chaque détail avec une clarté cristalline, doit également être souligné.

… les membres du Quatuor Bozzini font preuve d’une adresse et d’une endurance colossales. Les mélomanes qui prisent ces faisceaux musicaux horizontaux en savoureront toute la profondeur avec beaucoup de plaisir.

Best of 2020

Simon Cummings, 5:4, 31 décembre 2020
lundi 11 janvier 2021 Presse

I wasn’t previously aware of Canadian composer Joel Lavoie, but i’ve been returning regularly to his album Souvenir. over the last six months. The three parts bring together synths and field recordings; nothing particularly new about that combination but the results are difficult to categorise, though they tend towards the contemplative. Souvenirs intermittent is an ambient-like introduction, deep intoning notes cutting through the imaginary open air, allowed to swell in its second half to an intense dronal zenith. It’s striking, but the second and third parts are yet more impressive. Addendum pulls back to a mysterious combination of movement and stasis, always sounding poised to potentially unleash something enormous. What transpires is better than a mere climax: an extended plateau of majesty that i confess i wish lasted much, much longer than its few minutes — i think i could be borne aloft on beauty like this forevermore. Marche irréfléchie pulls back again, now descending into deeper climes; again its habitat is harmonically limited, but the range of details that emerge and recede within, and its varying dynamic shape, are marvellous to behold. Souvenir. is a superb demonstration of simplicity and complexity working together to create something that sounds almost totally different on each new listening.

… the range of details that emerge and recede within, and its varying dynamic shape, are marvellous to behold. Souvenir. is a superb demonstration of simplicity and complexity working together to create something that sounds almost totally different on each new listening.

Top 2020 de Lunes/Equinox: albums de l’année

Sors-tu.ca, 28 décembre 2021
lundi 11 janvier 2021 Presse

Musique synesthétique entre le visuel et le sonore, l’album Firmament de Moshi Moshi est une invitation à l’introspection sensorielle où les perceptions se mêlent et se transforment. Parfois guidées par une voix soul presque shamanique qui s’introduit dans la musique électronique coiffée d’un voile d’effets, les pistes de cet album électro-expérimental naissent de la rencontre des trois artistes multidisciplinaires Charlotte Clermont, Gabrielle Godbout et Émilie Payeur. Le titre, Firmament, rend bien la sensation d’espace infini qui se dégage des nappes sonores alliant noise et sampling qui racontent le chaos de la matière et sa danse dans l’Univers.

Le titre, Firmament, rend bien la sensation d’espace infini qui se dégage des nappes sonores alliant noise et sampling qui racontent le chaos de la matière et sa danse dans l’Univers.