actuellecd

Blogue

Best of 2021: New/Experimental Recordings

Michael Schell, Sequenza 21, 3 janvier 2022
mercredi 12 janvier 2022 Presse

There are few composers whose music better fulfills the potentialities of the old saw “It’s not for everybody — then again it doesn’t try to be” than Alvin Lucier (1931—2021). This album, documenting a 2015 Quatuor Bozzini concert devoted to the late ultraminimalist, is a commendable addition to his difficult-to-record legacy.

This album, documenting a 2015 Quatuor Bozzini concert devoted to the late ultraminimalist, is a commendable addition to his difficult-to-record legacy.

Review

Massimo Ricci, Touching Extremes, 23 novembre 2021
lundi 3 janvier 2022 Presse

Every now and then it’s OK to reiterate a well-worn refrain, at the risk of sounding boorish. Low-quality music can make you sick, especially when improvisation is in the picture. Hiding behind an often unjustifiable freedom of artistic expression, a lot of people, unable to behave inside the sound beyond mere technical skills, can’t stop releasing useless stuff that weighs down a reviewer’s mailbox. Things get worse when the flag-bearers of fraudulent creativity gather in collectives. Disorganized chaos and compositional shallowness melt into arrogance, causing the auditory system to go on strike. Not to mention the irritation for having wasted our dwindling time.

But Quebec’s Le GGRIL (Grand groupe régional d’improvisation libérée), founded 14 years ago by Tour De Bras honcho Éric Normand, are different. They engage the audience, yet don’t steal their oxygen; entice the ear subtly, never crassly; spur one’s curiosity without self-aggrandizement. Above all, they show respect for stillness and silence. Much of the sounds in Sommes seems to arise from there, willingly returning to that origin even during livelier sections. This is a commendable attitude by the group. Talent is important, but knowing how to listen before filling the room with pitches is essential. In short, if these musicians demand your attention, they do so with good reason and sensitive restraint.

The substance of this triple CD — don’t be frightened, it’s the blink of an eye — comprises outstanding renditions of scores crafted for Le GGRIL by renowned composers, with noticeable open spaces for clever liberality. Plus, a handful of minutes reserved for individual interpretations of a piece by Robert Lepage named Chat de Cheshire. Quite frequently the brain gets wired to spiritual dimensions of in-depth interplay; check Îlots turgescents to see what this writer means. Talking in “scattered examples” mode, unintentional references emerge to “calm” orchestral Zappa circa The Yellow Shark, principally throughout Allison Cameron’s In Memoriam Robert Ashley. Or — rather inevitably, given the provenance of most members — to pages from the long and varied book of René Lussier and his associates, some of whom actively contributed to this project.

But those are fleeting mnemonic crumbles, in the midst of mutable scenarios from which a substantial acoustic homogeneity materializes. Magnificent resonant combinations; tones that clash in adjacency, or greet each other from opposite poles; mischievous melodic smithereens; serendipitous evocations of ancient cultures. With a pinch of unofficial theatricality when necessary, and several surprises waiting for the unsuspecting listener around the corner. An anarchically cohesive chamber orchestra with plenty of resources, unfazed by the difficulties of a performance, endowed in equal measure with technique, irony and soul. It will keep your body warm and your mind beguiled for many hours, through many days.

It will keep your body warm and your mind beguiled for many hours, through many days.

2021 — Best Albums of the Year

Michele Palozzo, Esoteros, 17 décembre 2021
jeudi 23 décembre 2021 Presse

Un ideale excursus nelle indagini microtonali e “concrete” del decano della sperimentazione sonora, qui applicate a un ensemble di soli strumenti ad arco: intuizioni tanto essenziali quanto pregnanti, rivolte all’ascolto profondo di una vasta e inesplorata fenomenologia sonora.

Un excursus idéal dans les recherches microtonales et concrètes du doyen de l’expérimentation sonore…

Kritik

Frank P Eckert, Groove, 8 décembre 2021
jeudi 16 décembre 2021 Presse

Die Kollaboration der beiden frankokanadischen Gitarristen Simon Trottier und François Zaïdan kann ebenfalls auf eine lange Reifezeit zurückblicken. Das erste Produkt der Zusammenarbeit, Quattuor Tempora (Mikroclimat/DAME) wirkt gleichermaßen souverän wie diskret. Eine Übung in feingeistiger Zurückhaltung bei maximaler Übersicht und Übersichtlichkeit. Kein Ton zu viel, und doch wirkt das Album nicht minimalistisch oder reduziert, kein Ton zu wenig, und dennoch ist es weit von den Post-Rock — und Prog-Pop-Projekten entfernt, in denen die beiden sonst spielen — das gilt schon allein instrumentell, denn die Gitarre spielt hier kaum eine Rolle.

Un exercice de retenue raffinée avec une vue d’ensemble et une clarté maximale.

Quattuor Tempora, Simon Trottier & François Zaïdan

Philippe Renaud, Le Devoir, 27 novembre 2021
samedi 27 novembre 2021 Presse

Membre des formations Last Ex et Ferriswheel, le compositeur et guitariste Simon Trottier a trouvé chez François Zaïdan, compositeur et membre de l’orchestre de Klô Pelgag, le partenaire idéal pour échanger, à distance, sur le thème des quatre saisons. Le résultat, foisonnant, emprunte aux musiques électroacoustique et ambient la manière de construire de petits mondes sonores qui, mis bout à bout, constituent 30 enchanteresses minutes. Expérimental, certes, mais tout sauf hermétique: à l’aide de synthétiseurs modulaires et de manipulations de bandes magnétiques, et avec les voix des amies N NAO (sur Magnétique nord en début d’album) et Klô Pelgag (instantanément reconnaissable sur Hiems en clôture), le duo imagine quatre saisons dans l’harmonie et la contemplation, même dans les rares passages plus arides, comme la première moitié d’Automne. Quattuor Tempora est comme du cinéma pour les tympans, surprenant et stimulant.

… 30 enchanteresses minutes. […] du cinéma pour les tympans, surprenant et stimulant.

Rencontre avec Jean Derome, l’homme qui joue avec les sons

Daniel Côté, Le Quotidien, 8 octobre 2021
mardi 2 novembre 2021 Presse

Dès l’âge de quatre ans, Jean Derome était fasciné par les sons. Il prenait plaisir à les découvrir et dès l’adolescence, marquée par ses débuts sur scène, ils sont devenus la grande affaire de sa vie. Les années ont passé, mais il suffit d’une conversation captée dans l’espace public pour relancer son intérêt. «J’aime imiter les gens qui parlent. Pour moi, c’est plus des sons que des mots», a-t-il expliqué vendredi midi, lors d’une rencontre tenue à la bibliothèque municipale de Chicoutimi.

Organisée par le Festival des musiques de création, elle avait pour but de cerner la démarche de ce musicien dans un cadre moins formel que celui d’un spectacle. Au même moment, à la bibliothèque municipale de Jonquière, le batteur Pierre Tanguay se livrait à un exercice similaire. Un bonheur n’arrivant jamais seul, lui et son camarade récidiveront le 9 octobre, sauf que les rôles seront inversés. Toujours à midi, Jean Derome ira à Jonquière et Pierre Tanguay à Chicoutimi (dans les deux cas, l’accès sera gratuit).

Pour illustrer son propos, Jean Derome avait apporté une flûte, le premier instrument dont il a joué. Peut-être était-ce sous l’influence de Ian Anderson, le leader de la formation Jethro Tull. Toujours est-il que le jeune Montréalais est devenu membre d’un groupe de rock progressif où, rapidement, il a constaté que sa flûte se perdait dans le mix. Autodidacte, il a également ressenti le besoin de combler des trous dans sa formation. «On me demandait des notes que je ne trouvais pas sur mon instrument», a relaté avec humour l’invité du festival.

Quelques interventions à la flûte ont permis au public d’en apprécier l’éventail expressif. Elle se faisait tantôt caressante, tantôt stridente, avec en prime un clin d’œil au Syrinx de Debussy. «Parce que les vents ont tendance à jouer en groupe, on ne fait pas beaucoup de solos. On préfère se marier à d’autres choses», raconte le musicien. Pas du genre à rester fidèle à un seul instrument, il a éprouvé le désir de maîtriser le saxophone, capable d’émettre des sons plus puissants.

«J’étais content parce que dans les années 1980, les groupes jouaient fort. Je passais mon temps à crier dans la flûte», se souvient Jean Derome. La palette de son nouvel instrument était large, ainsi qu’il l’a démontré en passant du jazz à une musique aux accents modernes, à l’intérieur de ce qui semblait constituer une improvisation. Comme un gamin démontant une voiture en tôle pour voir comment elle est faite, ce diable d’homme explore toutes les possibilités du saxophone, même les plus improbables.

Il en tire des chants d’oiseaux et des sons faisant penser à une porte qui grince, mais son vocabulaire s’est à nouveau enrichi par le truchement du cinéma. Voir des gens reproduire des sons en studio, afin de compléter une scène déjà tournée, lui a donné le goût de pratiquer l’art du collage. «C’est comme une conversation pendant laquelle le sujet change souvent. Il y a là-dedans un aspect de zapping», énonce le musicien.

Sur une table posée devant lui se déployait une partie de son coffre d’outils. Des ocarinas de dimensions variées, des guimbardes et beaucoup, beaucoup, d’appeaux. De quoi rendre un chasseur vert de jalousie. «Ces instruments sont très spécialisés. Ils font tous, très bien, une seule chose, affirme Jean Derome. Celui-là, par exemple, c’est pour jouer le lapin blessé afin d’attirer les prédateurs. Moi, par contre, je n’essaie pas d’imiter les animaux. Ce n’est pas mon objectif.»

N’empêche que les yeux fermés, on pouvait s’imaginer dans la jungle, croisant la route d’un éléphant surexcité, d’un oiseau particulièrement moqueur ou d’un rongeur émettant des cris aigus. De tels sons émaillent les compositions de Jean Derome. Ils font partie d’un corpus dont la richesse est inversement proportionnelle à sa notoriété, d’où l’intérêt d’une rencontre comme celle de vendredi. Grâce à ce contact avec le côté ludique de l’artiste, on ressent le désir de jeter un regard neuf sur son œuvre.

N’empêche que les yeux fermés, on pouvait s’imaginer dans la jungle, croisant la route d’un éléphant surexcité, d’un oiseau particulièrement moqueur ou d’un rongeur émettant des cris aigus.