actuellecd

Blogue

Review

François Couture, AllMusic, 1 juin 1992
lundi 1 juin 1992 Presse

Poet-singer Jerry Snell released his only album in 1992 on the Montréal avant-garde label Ambiances Magnétiques. Supplying his words, he was helped by drummer Michel F Côté (Bruire, Klaxon Gueule), guitarist Claude Fradette (Locomotive), and saxophonist Claude Vendette (Abbittibbi) for the music. They had worked with Snell for the dance troupe Carbone 14, where Snell’s beyond-the-grave screams left an indelible mark. The same raw energy can be found on Life in the Suicide Riot. His words of despair and denunciation fit his gravelly voice. When he whispers, he sounds demented; when he starts screaming, shivers run up and down your spine — it’s actually hard to stay where you are when starts screaming “Run, you son of a bitch, run.” The music can sound very straight at times (the overlong Preacher Bob), but it mostly takes the form of either punchy avant-rock songs (Glory, Run, No Alarm Clocks in Heaven) or more atmospheric climates following the inflections of Snell’s narration (A Conversation on Morality, Eternity and Copulation, on a text by Charles Bukowski, Edmund Kemper Lives Next Door). Snell is not a singer: he declaims, whispers, screams, but does not sing. If his message is not that powerful, his voice rips wallpaper and you can be sure the neighbors will summon you to stop that infernal racket. The overall sound on Life in the Suicide Riot could be compared to André Duchesne’s CD Locomotive: rock with a sharp edge. All but one song are in English.

… rock with a sharp edge.

Review

François Couture, AllMusic, 1 mai 1992
vendredi 1 mai 1992 Presse

Les métamorphoses clandestines is one of Robert Marcel Lepage’s first compositions for the stage or the screen, in this case a choreography by Louise Bédard. It was released by Ambiances Magnétiques (of which Lepage is a co-founder), in the label’s Archives Magnétiques cassette series, in a very limited edition of 250 copies. This album features Lepage on his trustworthy clarinet, but also on bass clarinet, saxophone, synthesizer, and percussion. The only other contributing musician is trombonist Michael Wilson. The music ranges from clarinet solos to more textural pieces. It doesn’t have the strength of his suite for string quartet Les choses dernières, also written for a choreography, but it displays a nice balance of the seriousness and playfulness found on his first album La traversée de la mémoire morte. The rarity of this little-known album endows it collectable value, in addition to being enjoyable, even though it is clearly not an essential item in Lepage’s discography.

The rarity of this little-known album endows it collectable value, in addition to being enjoyable…

Review

François Couture, AllMusic, 1 mai 1992
vendredi 1 mai 1992 Presse

Released on Archives Magnétiques, Montréal label Ambiances Magnétiques’ line of archival recordings, L’oreille enflée (The Swollen Ear) is a tale for children and generally young at heart avant-garde lovers. Narrated by Marie Ouellet, this story features a young girl with a vivid imagination and a host of characters played by Ambiances Magnétiques musicians such as Jean Derome, André Duchesne, and Joane Hétu. An allegory on the necessity to break the mold of conformity, this tale is accompanied by untypical music for a children album. Composer Danielle Palardy Roger was a member of the seminal avant-garde all-female bands Wondeur Brass and Justine: her writing calls for angular rock structures, staccato melodies, acoustic instruments such as saxophones and flutes, and disquieting atmospheric settings. These musicians have all released much better performances elsewhere, but the whole thing is very cheerful and provides a perfect occasion to introduce pre-teens to something else than radio-friendly pop music. There is one big obstacle though: the tale is narrated in French.

… rock with a sharp edge.

Critique

Félix Légaré, Voir, 13 décembre 1990
jeudi 13 décembre 1990 Presse

[…] Le pari de Geneviève Letarte était d’innover dans le genre plutôt figé de la chanson à texte. […] On ne peut que s’incliner devant cette promenade dans l’inconnu qui ne se compare à rien de ce qui existe ici. Sinon au travail que Letarte elle-même a entrepris il y a quelques années sous forme de poésie-performance. Et l’album, qui résume ses deux derniers spectacles, supporte aisément la comparaison. Le son s’est raffiné, l’approche s’est franchement aiguisée.[…] premier disque très réussi […]

Wondeur Brass: Le jazz au féminin

Raymond Gervais, Parachute, no 55, 1 août 1990
mercredi 1 août 1990 Presse

Ce collectif entièrement féminin a édité deux disques avec un personnel un peu différent. Un autre album du trio Les Poules regroupe, de fait, trois des quatre membres de l’actuel Wondeur Brass et peut donc presque être considéré comme une troisième réalisation du même groupe.

Il y a toute une histoire fascinante du jazz au féminin qui est de mieux en mieux documentée depuis le début des années soixante-dix, à l’échelle internationale. Montréal possède aussi son histoire du jazz au féminin, de Jane Fair autrefois à Lorraine Desmarais aujourd’hui. Le récent festival international des musiciennes innovatrices en constitue l’un de ses jalons récents les plus prestigieux (orchestré par Wondeur Brass -Productions Super Mémé).

En tant que collectif féminin, ce groupe cependant reste unique dans la métropole actuelle. Il s’agit de Joane Hetu au saxophone, Diane Labrosse aux claviers, Marie Trudeau à la basse électrique et Danielle Palardy Roger à la batterie. Le jazz new wave que pratique Wondeur Brass s’appuie beaucoup sur les textes lui aussi, sur la voix donc, prolongeant peut-être ainsi, à sa manière, les porte-paroles féminins engagés d’antan, de Marie Savard avec Pierre Leduc ou Louise Forestier avec le quatuor de jazz libre du Québec à d’autres grands noms de l’extérieur, tels Brigitte Fontaine, Irène Aebi, Colette Magny et d’autres (pour la séduction moqueuse, la remise en question des valeurs établies, une certaine fascination pour l’interdit, l’expression d’un cri poétique contestataire, ludique, désinvolte)

Tel ce métronome inspiré de Man Ray qui orne la pochette de leur dernier disque, la musique de Wondeur Brass oscille entre la chanson trouble, inquiète, fendue, et une affirmation plus vitale ou extravertie de soi, où, l’humour, un certain dadaïsme post industriel côtoient l’insolite, le plaidoyer, les jeux de mots, un érotisme latent, etc. Ce jazz de fusion électroacoustique un peu gauche parfois, inachevé, désespéré/lucide, exprime donc tout autant un malaise, une difficulté d’être qu’une liberté reconquise dans l’action, via l’improvisation, le jeu libre, spontané.

Le premier album du groupe avec entre autres, la présence d’une tromboniste avait une couleur plus jazz et fort attrayante (cf.: Free Fast and Clean). Le plus récent disque intitulé Simoneda se rapproche peut-être plus du rock progressif marginal alors que Aie collectif Les Poules est sans doute plus expérimental d’approche, plus brouillon aussi ou inachevé. En bref un travail en cours passionnant, brut, essentiel à suivre. (En ce qui concerne Simoneda reine des esclaves, Wondeur Brass précise qu’il s’agit d’une «fable anachronique sur la désuétude du progrès, une histoire d’oiseaux en cage qui raisonnent autour d’un métronome échevelé».)

Wondeur Brass oscille entre la chanson trouble, inquiète, fendue, et une affirmation plus vitale ou extravertie de soi, où, l’humour, un certain dadaïsme post industriel côtoient l’insolite, le plaidoyer…