La boutique des nouvelles musiques

Du souffle (Téléchargement) Détail des œuvres

Du souffle

Philippe Leroux

  • Année de composition: 1996
  • Œuvre originale: 39835
  • Version: Arr. Philippe Leroux, 2003
  • Durée: 19:10
  • Instrumentation: quatuor de saxophones

Trois vers, extraits de l’anthologie de Rainer Maria Rilke, Chant éloigné, Poèmes et fragments, m’ont inspiré la création de cette œuvre. «Là-bas, comme tu appelles, appelles, appelles, appelles, comme si ta vie était en jeu.» «Car c’est au cœur du souffle qu’ils ont souffle, et s’évanouissent quand le son s’évanouit.» «Mais soudain fait irruption secrètement la grande pulsation.» La première version, pour quintette à vent, a été composée en 1996. Cette deuxième version pour quatuor de saxophones date de 2003. Du souffle est une œuvre représentative d’une période de mon écriture musicale (avec M pour 2 pianos, 2 percussions et électronique), où je tentais de cerner la notion de geste sonore dans toute sa simplicité. Ces gestes (celui d’appel suivi d’échos dans la première partie, de naissance puis de disparition du son dans la deuxième, et d’invisible pulsation tout au long de la pièce) se répètent, s’étirent, se démultiplient ou se regroupent, et se superposent jusqu’à devenir textures. L’aspect ludique des processus de transformations continues a pour but d’associer l’auditeur à l’activité musicale, ainsi que d’attirer son attention sur la notion de passage et sur les fascinantes métamorphoses de la matière sonore et de ses figures.

Levées

Gilles Tremblay

  • Année de composition: 2009
  • Durée: 10:26
  • Instrumentation: quatuor de saxophones
  • Commande: Quasar, avec l’aide du CAC

Écrite à la demande de Quasar, l’œuvre se divise en trois parties enchaînées: Le Bouillonnement floral est partagé entre chaque instrument, d’où émergent quatre branches: alto, soprano, ténor, puis baryton dont le grave se transforme en «son fendu», un cri donnant naissance à des jubilations mélodiques réciproques et en permutations. Ces jubilations sont alternées avec les bouillonnements transposés sur eux-mêmes (comme l’ébullition qui change de vitesse selon le degré de chaleur). Elles se développent (Levées) en séquences de plus en plus importantes. La dernière, écourtée et conclusive, bifurque immédiatement dans la seconde partie, lente, par un unisson expressif inspiré de Monteverdi. Celui-ci est suivi d’une transition où, à travers le déploiement mélodique lent, on entend un aspect inusité du saxophone: des «sons nuages» d’une grande douceur poétique. Ce prélude prépare un chant expressif, grande phrase de plus en plus intense, jusqu’au déchirement conduisant aux Éclats. Cette troisième partie est formée de cellules courtes, et véloces comme des cristaux aux facettes multiples, aux angles, registres, transpositions et permutations variés. Tout cela pour obtenir une jubilation de plus en plus grande. Organiser un désordre. Vertige.


Création

  • 19 février 2009, Montréal / Nouvelles Musiques 2009: Quasar cent voix en l’air!, Salle Pierre-Mercure — Centre Pierre-Péladeau, Montréal (Québec)

Fil rouge

Jimmie LeBlanc

  • Année de composition: 2012-13
  • Durée: 12:28
  • Instrumentation: quatuor de saxophones
  • Commande: Quasar, avec l’aide du CAC

Au théâtre, l’expression «fil rouge» désigne un élément invisible, et bien souvent implicite, qui sous-tend l’œuvre, reliant tout ce qui la constitue au-delà (ou en-deçà) des ressorts narratifs de l’intrigue. Agissant dans la sphère de l’innommé, ce concept me semble éminemment musical: qu’est-ce qui, fondamentalement, fait d’une œuvre un tout indissociable? Une idée, une essence, une sensation? La musique nous impose ce degré d’abstraction, et c’est de là que je tente de concevoir des figures musicales ancrées dans la sensation, imaginées à partir du corps, le corps qui joue, qui sonne, celui qui écoute, et pense. Dans le cas de Fil rouge, c’est cette couleur-sensation qui a été le fil conducteur, ou «l’attracteur poétique» à l’origine des idées musicales. Autant peut-on se demander ce qu’est le rouge au milieu de tous ses dégradés possibles, autant les sensations qu’il nous suggère varient à l’infini! La pièce s’élabore en une succession de tableaux mettant en scène une action musicale inspirée par des associations plus ou moins paradoxales telles que rouge-carré-rouge, rouge-sang, rouge-oubli, rouge-liminal… quelques fragments de monde vus à travers rouge…

Pulau Dewata

Claude Vivier

  • Année de composition: 1977
  • Œuvre originale: 21418
  • Version: Arr. Walter Boudreau, 1983
  • Durée: 12:12
  • Instrumentation: quatuor de saxophones

Pulau Dewata, dont le titre signifie en indonésien «île des Dieux», est une œuvre-hommage au peuple merveilleux qu’est le peuple balinais. Toute la pièce n’est qu’une mélodie dont le langage rythmique est quelquefois tiré de la rythmique balinaise. Un hommage avec des souvenirs de cette île. La fin de l’œuvre est en fait une citation exacte du «panjit prana», danse d’offrande du legong. J’ai voulu une œuvre simple: monochrome, une pièce courte et surtout pleine de joie, alternent les mélodies seules — «intervalisées» — et les mélodies complémentaires à la façon des Balinais. C’est une musique d’enfant…

Facing Death

Louis Andriessen

  • Année de composition: 1990
  • Œuvre originale: 37134
  • Version: Arr. Louis Andriessen, 2012
  • Durée: 18:49
  • Instrumentation: quatuor de saxophones

En 1989, alors qu’il enseigne à Buffalo, Andriessen lit l’autobiographie de Miles Davis qui vient de paraître. C’est en la lisant qu’il décide que sa commande du quatuor Kronos aura pour sujet le bebop et plus spécifiquement l’œuvre du saxophoniste Charlie Parker. Le bebop fut une source d’influence pour Andriessen dans sa jeunesse et bien qu’il considère que le quatuor à cordes est tout sauf idiomatique pour ce style, il plonge. Facing Death commence avec une citation littérale d’une improvisation de Parker. Le thème de Ornithology est également cité et les mesures sept et huit de cette pièce constituent un motif central de la pièce. Facing Death est en quelque sorte un long développement dans un tempo à la Parker, soit extrêmement rapide. Le saxophoniste avait besoin de cette vitesse pour s’exprimer musicalement. Pressentait-il que le temps lui était compté, comme le suggère le titre la pièce? Parker est mort en 1955, à l’âge de 34 ans.

[traduction française: Marie-Chantal Leclair, xii-15]

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.