La boutique des nouvelles musiques

Chronique

Guillaume Belhomme, Le son du grisli, 29 septembre 2016

C’est un ballet délicat qu’a composé Jürg Frey et qu’interprète ici le Quatuor Bozzini — en 2004, les mêmes musiciens enregistraient, du même compositeur et pour le même label, Strings Quartets — et qui l’oblige même. Est-ce que String Quartet no. 3 (2010-2014), avec cet air qu’il a de respecter les codes, manipule en fait ses interprètes?

Dans un même mouvement, voici les cordes s’exprimant avec précaution puis allant et venant entre deux notes enfin dérivant au point de donner à leur association des couleurs d’harmonium. C’est que le vent emporte les archets et que les cordes, fragilisées par son passage, adoptent une tension dramatique qui n’est pas sans évoquer celle du Titanic de Bryars.

En compagnie des percussionnistes Lee Ferguson et Christian Smith, le quatuor interprète ensuite Unhörbare Zeit, suite de séquences instrumentales interrompues par des silences de plus en plus longs, et donc influents. Le flou artistique que respectent les violons ne leur impose aucun contraste: ils vont ensemble sur un battement sourd ou s’expriment d’un commun accord sur des paliers différents. Et c’est encore en instrument à vent qu’ensemble ils se transforment. Puisque Jürg Frey a changé l’air que les musiciens respirent en soufflantes partitions.

C’est un ballet délicat qu’a composé Jürg Frey et qu’interprète ici le Quatuor Bozzini

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.