actuellecd

Critique

Alex Pelchat, Voir, 13 mars 2015

Le trompettiste Philippe Battikha fut l’un des premiers trompettistes que j’ai eu la chance d’entendre lorsque je me suis intéressé à la scène locale de free jazz en 2008. C’est avec plaisir que je l’ai vu toucher à toutes sortes d’approches au cours des six dernières années, que ce soit avec le métal expérimental de La Part maudite, les improvisations free jazz avec Corse ou le travail plus noisy et électronique en solo. Invisible Backgrounds prend une approche singulière en incluant du matériel très éclectique, allant de la performance jazz solo très mélodieuse à des explorations plus électroniques ainsi que l’utilisation de field recordings. Bien que l’album soit majoritairement un projet solo, l’excellent contrebassiste Jonah Fortune accompagne avec brio Battikha sur deux pièces particulièrement bien réussies. Battikha a aussi profité du studio pour ajouter du piano sur certaines pièces ou pour “multiplier” sa trompette. Trop souvent, les albums solo en musique expérimentale s’en tiennent surtout à un seul son et le choix plutôt créatif de Battikha d’aller toucher à l’ensemble de son identité musicale offre un album de qualité tout en nuance et en beauté.

Invisible Backgrounds prend une approche singulière en incluant du matériel très éclectique, allant de la performance jazz solo très mélodieuse à des explorations plus électroniques ainsi que l’utilisation de field recordings.