La boutique des nouvelles musiques

Critique

Jean-François Perreault, Convergence, no 2:6, 15 mai 2002

Magali Babin, c’est une «patenteuse», une vraie. Plus jeune, dans la cuisine de ses parents, elle ne devait pas être un cadeau, probablement prête à taper sur tout ce qui fait du bruit. Plusieurs années plus tard, elle ne démord pas et fait de la musique avec tout ce qui lui tombe sous la main. Dans Chemin de fer, elle utilise une multitude d’objets métalliques fabriqués, recyclés, réinventés; la très belle pochette de son disque nous l’indique clairement, d’ailleurs. Fait intéressant: sept des neuf pièces sont improvisées, proposant des œuvres très personnelles et sensibles. Ça démarre en grande avec Triturations, une paisible pièce qui semble nous glisser dans un costume de scaphandrier, mille pieds sous l’océan. Dire qu’en réalité, la musicienne ne fait que frotter des casseroles et autres trouvailles à côté d’un micro! Le tout est réalisé avec la joyeuse complicité de Mario Gauthier et ca paraît.

… des œuvres très personnelles et sensibles.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.