La boutique des nouvelles musiques

Critique

Catherine Perrey, Ici Montréal, 25 avril 2002

La Montréalaise Magali Babin a presque le don d’ubiquité et est une véritable artiste bruitiste. Chemin de fer est sa première galette. On imagine bien sa collection de cossins sonores: batteur à mains, écumoire, immenses chaudrons, gros ressorts. On entre dans ce disque par une plongée en abysse, mêlant adroitement les sons de basse continue et les petits cliquetis. Le léger et le lourd sont opposés. La pièce suivante nous propose un travail autour de l’archet, frotté et manipulé dans tous les sens. Changement d’instrument, ensuite, pour nous amener sur un parcours aiguille de table-tournante. Variété de propos, intentions claires, loin du fouillis sonore ou de la surdose, les sons proposés par Magali Babin ont tous une définition de texture précise, claire, nette et sans bavure.

Variété de propos, intentions claires, loin du fouillis sonore ou de la surdose…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.