La boutique des nouvelles musiques

Critique

Réjean Beaucage, Voir, 25 avril 2002

On se souvient de Magali Babin à la guitare ultra-fuzzée avec le groupe Nitroglycérine. Il s’agit ici de tout autre chose. S’il y a de la guitare, on l’écoute à travers l’équivalent d’un télescope: on est à l’intérieur de la guitare et on entend davantage les craquements du manche ou les crépitements des pick-up que le grattement des cordes. Magali va «au son des choses», au cœur des bruits, des micro-bruits en fait, lesquels, amplifiés à l’extrême, deviennent les objets d’une expérimentation méditative et «bruissent, chuintent, brillent, crissent, tintent, tremblent, grondent…», comme l’écrit le réalisateur Mario Gauthier. Des méditations qui sont courtes et sans véritable développement cependant.

Magali va «au son des choses», au cœur des bruits…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.