La boutique des nouvelles musiques

Data low-fi duets

Julien Héraud, Revue & Corrigée, no 93, 1 septembre 2012

Éric Normand est un compositeur, bassiste et improvisateur québécois, que vous avez déjà pu entendre au sein du Grand groupe régional d’improvisation libérée (avec Evan Parker) ou encore aux côtés du saxophoniste et flûtiste Jean Derome. Mais pour ces Data low-fi duets, on ne trouve aucun de ses collaborateurs réguliers, puisqu’il s’agit de sept duos enregistrés avec des musiciens n’ayant joué qu’une fois avec Éric Normand entre 2007 et 2010. Lors de ces sessions, Normand jouait principalement avec des sources électroniques usuelles ou faites maison. À ses côtés, on retrouve — pour à peu près deux duos chacun — Christine (Sehnaoui) Abdelnour (saxophone alto), Martin Tétrault (pickup, surfaces, rhythm’n sound for guitar), Sébastien Cirotteau (trompette amplifiée, microphones) et Mario Gauthier (synthétiseur analogique, objets). Pour les deux collaborations avec la saxophoniste Abdelnour, Éric Normand ne joue que de la basse électrique. Mais on peine à la reconnaître, puisqu’il s’agit d’un jeu axé principalement sur le frottement des micro-contacts et sur les larsens. Un jeu qui correspond plutôt bien à l’exploratrice du saxophone alto, qui répond très bien aux souffles fantomatiques et spectraux d’Abdelnour, mais aussi à ses mélodies d’harmoniques, harmoniques vertigineuses, denses, et spectaculaires. Une longue note linéaire se confond avec un larsen, ou bien est mise en relief par une stimulation manuelle des micro-contacts. Deux pièces calmes, multiphoniques, aux couleurs fantomatiques et parfois extrêmement tendues, pour un dialogue peut-être calme et linéaire, mais tout de même intense. Ensuite, il n’est plus vraiment question de reconnaître les sources sonores sur les autres duos. Les deux pièces avec Martin Tétrault par exemple correspondent exactement au titre de l’album. Des improvisations low-fi, avec un matériel archaïque. Improvisations sur des couleurs corrosives et rudimentaires, telles des fréquences radios, des larsens, des bruits de jacks. Improvisations proches du circuit-bending et de l’électroacoustique peut-être low-fi mais créative. Même si on se croirait dans un bidonville de la musique électroacoustique, on ne peut s’empêcher d’être surpris par l’amplitude de la palette de couleurs produites par les deux musiciens. Les deux duos avec Cirotteau réservent aussi quelques surprises, alors qu’on jurerait entendre une trompette (étendue certes) sur le premier enregistrement, les notes indiquent qu’il ne s’agit que de microphones placés dans la bouche ou stimulés par les doigts de Normand. C’est peut-être court et crade, on pense au Nihilist Spasm Band, mais tout de même stimulant, créatif et énergique. Leur deuxième pièce, malgré la présence d’une trompette amplifiée, est peut-être aussi abrasive, avec de nombreux timbres granuleux, et une grande place accordée au silence et aux intensités faibles. Et à Mario Gauthier (compositeur et musicologue montréalais) de conclure ce disque avec un duo à tendance très harsh, où s’entremêlent aussi bien des fréquences extrêmement basses que des ultra-aigus à la Justice Yeldham. Une conclusion violente, puissante, sans répits et riche en textures. Certainement la plus intense de ce disque. Pour conclure, il s’agit là d’une compilation réussie pour découvrir l’engagement d’Éric Normand dans l’improvisation électroacoustique. De plus, c’est intéressant de ressentir la joie et la spontanéité des premières collaborations, avec leurs défauts qui disparaissent souvent sous le plaisir et l’excitation ressentis par les deux musiciens.

… il s’agit là d’une compilation réussie pour découvrir l’engagement d’Éric Normand dans l’improvisation électroacoustique.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.