La boutique des nouvelles musiques

L’Off Festival de Jazz de Montréal: SoCalled/Nozen. The Beauty and the Beat

Julie Berardino, La Scena Musicale, 2 décembre 2011

Le saxophoniste Damian Nisenson et la coqueluche montréalaise SoCalled (voix, claviers, accordéon et échantillonneur) ont foulé les planches du Lion d’Or avec un bonheur palpable et une musique à la croisée du jazz, du hip-hop et du klezmer, afin de célébrer le Yom Kippur faisant, selon Nisenson, «ce qu’ils font de mieux: de la musique», et ce, au grand plaisir d’une foule essentiellement jeune et particulièrement enthousiaste. Les artistes, accompagnés de Bernard Falaise à la guitare électrique, Jean-Félix Mailloux à la contrebasse et, une fois de plus, Pierre Tanguay à la batterie ont fait preuve d’une bonne humeur et un charisme si fou qu’on ne peut leur pardonne d’avoir trop usé de tape-à-l’oreille, de progressions trop peu variées, augmenté d’une sonorisation élevée aux limites de l’ouïe humaine. La virtuosité de Nisenson, qui maniait deux instruments à la fois, en mettait malgré tout réellement plein les yeux. Certains moments étaient toutefois d’une sensibilité remarquable, notamment une ballade que SoCalled a interprété en yiddish, ou le rappel où les musiciens sont descendus dans la foule.

Certains moments étaient toutefois d’une sensibilité remarquable, notamment une ballade que SoCalled a interprété en yiddish, ou le rappel où les musiciens sont descendus dans la foule.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.