actuellecd La boutique des nouvelles musiques

Critique

Guillaume Belhomme, Le son du grisli, 25 février 2012

Sur Sens(e) Absence, le Quatuor Bozzini tend ses cordes et les arrange en fils télégraphiques. Sous l’archet, ceux-ci respirent: donc, se répètent. Mais sans lasser, tant les nuances et déviations inspirent de subtilité à ces deux pièces, signées Ernstalbrecht Stiebler et Daniel Rothman, couplées pour être d’un contemporain subtil.

… tant les nuances et déviations inspirent de subtilité à ces deux pièces.