La boutique des nouvelles musiques

Critique

Yves Bernard, Le Devoir, 18 novembre 2011

Après avoir fait paraître deux disques avec des invités, les membres de ce trio à cordes reviennent à l’essence de leurs compositions: une musique livrée avec contrebasse, violon, violoncelle, grande sensibilité et lyrisme, à la croisée du jazz, du classique et des musiques du monde, mais qui n’est ni l’un ni l’autre. Dans plusieurs pièces, le leader Jean-François Mailloux transmet son impression de villes qu’il n’a pas visitées. Vancouver révèle sa douceur avant son intensité. Madrid dévoile le déchirement rythmique au bout des doigts. Madagascar est plus sautillante; Kisarazu, plus orientale; Buenos Aires, passionnée mais adoucie; Santiago, doucement nostalgique; Veracruz, calme et non frénétique; Riga, en respiration lente. Ainsi va la vie imaginée. Preuve que les tableaux sonores n’ont pas besoin d’être des portraits réalistes. Et les rêveries de Cordâme sont très enveloppantes.

Ainsi va la vie imaginée. Preuve que les tableaux sonores n’ont pas besoin d’être des portraits réalistes. Et les rêveries de Cordâme sont très enveloppantes.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.