La boutique des nouvelles musiques

Actualités ambiantes

Marc Chénard, La Scena Musicale, 1 mars 2011

Il y a de cela un an, une onde de choc déferla sur la communauté musicale lorsque le Conseil des Arts du Canada lui servit un cadeau empoisonné: d’une part, il annonça une augmentation de l’enveloppe budgétaire des subventions pour la production d’enregistrements sonores, mais de l’autre, il abolissait le programme d’appui aux musiques dites spécialisées. Peu importe que l’on soit un groupe de la relève faisant ses premiers pas, un ensemble de musique expérimentale ou une formation bien établie en musique pop, tout le monde était désormais placé dans le même bateau, avec les pires conséquences imaginables. Certains appréhendaient l’hécatombe, en l’occurrence la disparition de nombreuses étiquettes de disques indépendantes laissées pour compte dans l’attribution des fonds publics. Mais en cette nouvelle année, qu’en est-il de la prétendue déconfiture de ces musiques dites marginales?

Si l’on considère le jazz, parmi d’autres musiques créatives, le désastre n’a pas eu lieu, du moins pour le moment. En fait, la production se maintient et les nouveautés continuent d’affluer. Il serait alors malvenu de sonner le glas, mais les impacts de ces politiques ne se font sentir qu’à plus long terme. Tel est le point de vue de Joane Hétu, directrice du label Ambiances magnétiques et de la maison de distribution DAME. «Il ne fait aucun doute que le milieu est considérablement fragilisé par cette politique du fédéral, mais cela ne nous a pas empêchés de produire plusieurs titres l’an dernier (voir ci-dessous) et d’en ajouter de nouveaux à notre catalogue.» Au moment de cette conversation, le tout nouvel enregistrement du trio Derome-Guilbeault-Tanguay venait d’arriver au bureau (album dont nous reparlerons autour de son lancement, prévu pour le printemps). «En 1992, poursuit-elle, j’ai assisté au passage du vinyle au CD en plus d’avoir mis sur pied DAME, un travail considérable que je devais gérer de front avec ma carrière artistique. Après tout ce temps, une certaine fatigue s’installe et j’ai envie de passer le flambeau.» Pour l’avenir, toutes les options sont ouvertes, maintient-elle, son souhait le plus ardent étant de trouver des successeurs prêts à négocier le prochain tournant, soit celui du format compact au mode virtuel. Avis aux intéressés.

Il ne fait aucun doute que le milieu est considérablement fragilisé par cette politique du fédéral

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.