La boutique des nouvelles musiques

Journal d’écoute

François Couture, Monsieur Délire, 22 novembre 2010

Troisième opus pour le groupe montréalais Rouge Ciel, qu’on pourrait presque qualifier de petit frère de Miriodor (sans porter insulte à l’un ou à l’autre). Bryologie poursuit dans la veine de Veuillez procéder: attitude plus avant-rock, avec passages d’improvisation libre, mais toujours cette écriture complexe d’avant-prog instrumental métissée de musique actuelle québécoise. Au pif de cette première écoute, je vais préférer Bryologie au précédent. À souligner: l’enlevante Tess qui, à trois minutes, ferait un excellent extrait radio (on peut rêver, non?), et l’épique Jubilation protozoaire. Le violon électrique et trituré de Guido Del Fabbro demeure un point focal du son du groupe.

… attitude plus avant-rock, avec passages d’improvisation libre, mais toujours cette écriture complexe d’avant-prog instrumental métissée de musique actuelle québécoise.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.