La boutique des nouvelles musiques

Critique

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 85, 1 septembre 2010

D’origine germanique, Rainer Wiens s’est fait connaître, principalement via ses productions chez l’éditeur montréalais AM – auxquelles il convient de rajouter “Bonunca Dream Music” (nunca 01, 1995) – souvent en compagnie d’autres instrumentistes, par sa pratique de la guitare, plus précisément la guitare préparée. “Shadows of forgotten ancestors” a donc de quoi surprendre l’auditeur. Mis à part la pièce d’ouverture, “The Valley of Green Ghost”, le court “Kawthoolie”), et “The Taste of Pomegranate” qui clôture le recueil, Rainer Wiens n’en est pas l’interprète. Mais ces pièces donnent le ton et son sens à cet enregistrement dont il est le compositeur. Il y joue de la kalimba, de ce piano à pouces propre à l’Afrique. L’album entier est une déclinaison de travaux inspirés à la fois par les rythmes africains et par la filmographie de Sergei Paradjanov, lui-même adepte d’une réflexion sur les héritages du passé et d’une approche shamanique. La réalisation en est principalement confiée à d’autres instrumentistes de la scène canadienne, en solos ou en duos: les violonistes Josuah Zubot et Malcolm Goldstein, Jean Derome à la flûte, Frank Lozano au saxophone, Jean René à l’alto. Ainsi “Shh… Whisper to the Wind”, une des deux plus longues pièces du recueil, est une parfaite illustration d’une communion entre le jeu des cordes du violon et le souffle, soutenu par quelques murmures. Un album inspiré.

Un album inspiré.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.