La boutique des nouvelles musiques

Journal d’écoute

François Couture, Monsieur Délire, 30 mai 2010

J’avais le vinyle depuis des lustres, mais pas la réédition CD de 1996. J’ai profité du passage de René Lussier au FIMAV pour me la procurer. Ce disque de 1984, le tout premier officiellement paru chez Ambiances Magnétiques, est un excellent exemple de ce qu’on appellera «musique actuelle» québécoise. Lepage aux clarinettes multiples, souvent multipistes; Lussier à la guitare et la podorythmie, un peu de daxophone aussi je crois. Une séquence de courtes pièces semi-improvisées aux textures rêches comme le béton, dissonantes comme le trafic en ville, mais pleines de vie, une vie résolument urbaine. La réédition rajoutait une nouvelle séance enregistrée en 1996 (au prix d’éliminer une pièce de l’album original, Beyrouth, à défaut d’être mort — pourquoi diantre je ne sais pas), tout aussi folle et créative. Du grand art, du grand Lussier et possiblement le disque le plus exigeant de Lepage, au style habituellement plus léger.

Du grand art, du grand Lussier et possiblement le disque le plus exigeant de Lepage, au style habituellement plus léger.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.