La boutique des nouvelles musiques

Jazz - La victoire de Malasartes

Serge Truffaut, Le Devoir, 7 novembre 2009

Allons-y avec une lapalissade. Il existe à Montréal un noyau de musiciens étonnants et singuliers parce qu’il regroupe des éclaireurs. Des bonshommes qui nous font voyager sans que nous ayons à nous déplacer avec armes et bagages. Précisons que cette évocation au voyage est à prendre au sens physique, géographique. Horizontal et non vertical.

Si l’on a bien compris, le cœur de ce noyau est en fait un duo. Côté cour, il y a Damian Nisenson. Côté jardin, il y a Jean Félix Mailloux. D’origine argentine, le premier joue du saxophone ténor, de l’alto, et compose heureusement beaucoup. Le second? Il est contrebassiste et compose heureusement à point. Par là, le «à point», on veut dire… comment dire? Prenons le foie de veau, la tranche évidemment épaisse. Eh bien, elle doit être cuite à point. Ni trop cuite ni trop saignante. Ce détour culinaire accompli, on aura compris que les compositions de Mailloux étant toutes à point, elles sont à mille lieues des effets de l’esbroufe et du racolage. On le répète, elles sont «à point».

À ces deux gardiens du désert des Tartares se joignent fréquemment Marie-Neige Lavigne au violon et Julie-Odile Gauthier-Morin au violoncelle. Sur l’instrument qui fit la fortune, au sens notoriété et non économique du terme, de Paganini, mademoiselle ou madame Lavigne défend avec ardeur les couleurs de l’audace et de la subtilité. Au violoncelle, mademoiselle ou madame — on tient à l’observation de la politesse élémentaire — Gauthier-Morin affiche un talent aussi pesant, dans le sens profond du terme et non rébarbatif, que l’inventaire de son identité: deux prénoms et deux noms propres. En espérant que cela ne choquera ni maman ni papa Gauthier-Morin. Si c’est le cas, on présente nos excuses les plus sincères. Dans le sens évidemment très vieille France.

Des alchimistes

Au gré de leurs aventures, ces explorateurs s’associent des maîtres trappeurs. On pense au percussionniste Ziya Tabassian, grand initié aux rythmes perses et amateur des musiques de la Renaissance, au guitariste Bernard Falaise, architecte de nappes sonores très denses, et à un de nos héros: le batteur Pierre Tanguay. De ce dernier, on croit que l’expression «s’il n’était pas là, il faudrait l’inventer» lui va comme un gant. De velours et non de boxe. Parfois, d’autres se joignent à eux.

Depuis peu, ces dames et ces messieurs, ou vice et versa, proposent deux albums parus sur étiquette Malasartes que distribue la famille Dame-Ambiances magnétiques. L’un s’intitule NozenLive au Upstairs. C’est Nisenson avec Tanguay, Falaise et Mailloux. L’autre a été baptisé Migration. Il s’agit du groupe Cordâme, dont Mailloux est le principal animateur parce que seul compositeur. Il est flanqué des deux dames ou demoiselles, de Tabassian et Tanguay ainsi que de Rémi Giguère aux guitares. De Giguère dont le jeu fait écho à celui de Marc Ribot.

Et maintenant, le meilleur de l’histoire du jour qui est une des meilleures de l’année. Ce que ces artistes montréalais, et non strictement musiciens, nous proposent, vous offrent, est absolument extraordinaire. Ce qualificatif ayant été tellement galvaudé, on tient à lui greffer certains synonymes. Ces deux productions sont fantastiques sans être démentes, sublimes sans être ineffables. Parce que tous sont des alchimistes: une louche de jazz, une autre des musiques classiques orientales, une ou trois pincées de Bartók, une ou deux de Ravel, une de Brahms, le Brahms des quartettes et quintettes, etc. Après quoi, ils et elles touillent. Bref, l’étiquette Malasartes s’affiche comme le pendant exact de Tazdik, l’étiquette de Zorn. C’est tout dire et beaucoup dire.

Ce que ces artistes montréalais, et non strictement musiciens, nous proposent, vous offrent, est absolument extraordinaire.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.