La boutique des nouvelles musiques

Magali Babin et Natura Sonoris: la musique du risque

Patrick Gauthier, Rue Frontenac, 25 avril 2009

Nos oreilles sont constamment sollicitées. La musique, jadis chose sacrée, peine aujourd’hui à se démarquer dans la tonitruance du paysage sonore. Avec Natura Sonoris, Magali Babin veut nous faire redécouvrir le pouvoir évocateur des sons.

Dans un local habituellement occupé par une troupe de théâtre, à l’extrémité est du Quartier chinois, cinq artistes s’apprêtent à exécuter un rituel. Un très étrange rituel si l’on en juge le contenu des nombreuses valises qu’on s’affaire à vider: bulle de plastique, rétroprojecteurs «gossés» en bois, ressorts, objets de verre de toutes tailles et couleurs, instruments jouets traficotés, vieux projecteurs qui semblent sortir tout droit d’une vente de garage, archets et autres cossins… Même un sac rempli de pelures d’oignons se retrouve sur la table, parmi les ordinateurs portables.

Cette bande de joyeux lurons, c’est l’artiste sonore Magali Babin qui l’a montée. Et l’étrange rituel qu’elle, Myléna Bergeron, Carl Fortin et Jean-Benoit Pouliot du duo L’Œil de verre, ainsi que Karl Lemieux s’apprêtent à exécuter s’intitule Natura Sonoris, expérience aux limites de l’horreur, en sons et images. Bienvenue dans le merveilleux et fascinant monde de la musique actuelle!

Un monde qui fait peur, parfois. L’auteur de ces lignes, qui a pourtant rencontré David Bowie (ce n’est pas pour me vanter mais j’avoue que ça se place bien dans une conversation, même en ligne) a plus d’appréhensions à l’idée d’interviewer des artistes de musique actuelle que des légendes du rock. Un sentiment qui serait assez partagé, selon Magali Babin.

«Plusieurs de mes amis, des gars rock’n’roll, me trouvent trop sérieuse, intellectuelle», dit justement la jeune femme.

Transgresser les règles

Pourtant, la musique actuelle, pour peu qu’on y plonge, étonne par son côté ludique, son désir de trangresser les règles et, ainsi, son accessibilité. Comme Magali Babin le dira au cours de l’entrevue accordée à RueFrontenac, on est en face de «la musique du risque» .

Un risque qui amène toutefois son lot de responsabilités, estime pour sa part Myléna Bergeron, sœur sonore de miss Babin dans ce projet. «Dans le rock, les musiciens travaillent avec des formes qui existent déjà. Nous avons beaucoup plus de liberté, mais également plus de responsabilités.»

Heureusement pour ceux qui iront à la salle de l’Oboro mercredi et jeudi, ces formes et responsabilités deviendront de pures considérations académiques dès que Magali et ses amis s’installeront qui derrière son projecteur, qui derrière son portable, qui derrière ses instruments trafiqués. À cet instant, ce sera le simple désir de la découverte et de l’émerveillement qui primera.

La trame sonore d’un film qui n’existe pas

Quand on demande à Magali Babin de nous décrire Natura Sonoris, elle répond: «C’est la trame sonore d’un film qui n’existe pas.»

La référence au cinéma n’est pas fortuite, loin s’en faut. Magali Babin s’est inspirée de la musique de Krzysztof Penderecki, créateur entre autres des bandes sonores des films The Exorcist et The Shining, pour composer, avec Myléna Bergeron, la musique de Natura Sonoris. Et l’idée même du spectacle est née dans une salle de cinéma.

«J’aime beaucoup les films d’horreur, de série B. J’ai toujours été tentée par le sound design, par les trames sonores, dit l’artiste. L’été passé, je suis allée voir un très mauvais film d’horreur. C’était tellement plate que j’ai décidé de l’écouter les yeux fermés. La trame sonore aussi était mauvaise mais on sentait les émotions que les différents morceaux étaient censés annoncer et j’ai pu me construire mon propre film.»

Avec Natura Sonoris, elle cherchera à créer la même chose, à redonner aux sons et à la musique leur puissance intrinsèque. Sauf que les spectateurs seront invités à garder l’oeil ouvert, et même les deux. Car si le germe de base de Natura Sonoris est principalement musical, l’idée d’ajouter des images au spectacle s’est rapidement imposée. «Mais je ne voulais pas du visuel de films d’horreur», précise Magali Babin.

Entrent donc en scène L’Œil de verre, duo de projectionnistes qui triturent les images, et Karl Lemieux, cinéaste de l’invention. Les premiers se servent de rétroprojecteurs mais remplacent les acétates habituels par des objets et des filtres de toutes sortes. Le second se sert de vieux projecteurs pour passer des images en boucle sur de la pellicule qu’il trafique à l’occasion.

Intriguant, tout ça? Invitant, en fait, pour quiconque aime s’aventurer en terrain inconnu. Et puis, «qui n’aime pas avoir peur?», demande Magali Babin en guise de conclusion.

Natura Sonoris est le résultat d’une carte blanche de Productions SuperMusique offerte à Magali Babin dans le cadre de la 29e saison de l’organisme, qui présente le travail de jeunes artistes en arts sonores.

Intriguant, tout ça? Invitant, en fait, pour quiconque aime s’aventurer en terrain inconnu.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.