actuellecd La boutique des nouvelles musiques

Ambiances percussives

Réjean Beaucage, Voir, 4 décembre 2008

La compositrice et percussionniste Danielle Palardy Roger prépare un concert-lancement avec Fred Frith et sort sa batterie de cuisine avec l’Ensemble SuperMusique.

En mai dernier, sa musique, écrite, était interprétée par les musiciens de l’Ensemble contemporain de Montréal dirigés par Véronique Lacroix; mercredi prochain, elle improvisera de A à Z le temps d’un concert en duo avec le grand guitariste Fred Frith; la semaine suivante, elle sera au sein de l’Ensemble SuperMusique pour interpréter sa musique (et d’autres) notée(s) sur des canevas rigoureux, mais ouverts, dans un programme imaginé par Joane Hétu. Pour Danielle Palardy Roger, tous les moyens sont bons pour exprimer sa musicalité, du «carcan» de la partition à la spontanéité la plus crue.

Lorsque je lui demande si le concert avec Frith sera du même genre que ce que l’on peut entendre sur leur disque Pas de deux, enregistré en 2006 et qui sera lancé au même moment, elle répond: «Je n’en sais rien, il y a bien longtemps que nous avons joué ensemble! On le saura le soir du concert. Nous n’avions jamais joué ensemble avant les deux concerts qui ont servi à faire le disque, mais la rencontre de la musique de Fred a été fondamentale dans ma démarche. Je ne suis pas une vraie batteuse de rock, mais dans Wondeur Brass ou Justine, c’était tout de même mon rôle, et je me sens des atomes crochus avec Fred de ce côté-là». Peut-être même que le multi-instrumentiste européen jouera aussi de la batterie puisqu’il y en aura deux sur scène ce soir-là. Michel F Côté et Isaiah Ceccarelli, deux percussionnistes assez éclatés, se produiront juste avant pour nous donner un aperçu de leur disque Vulgarités, aussi lancé lors de cette soirée.

Une semaine plus tard, Danielle Palardy Roger passera deux soirs à la SAT pour participer au programme Y’a du bruit dans ma cabane, avec l’Ensemble SuperMusique (Jean Derome [briqueteur], Joane Hétu [maître de chantier], Diane Labrosse [ébéniste], Pierre-Yves Martel [plâtrier], Pierre Tanguay [maçon] et Martin Tétreault [plombier]!). Avant et après, elle occupera ses fonctions de présidente du regroupement Le Vivier, qui offrira bientôt aux musiques nouvelles une Maison au coeur du Quartier des spectacles. Espérons seulement que ce n’est pas Martin Tétreault qui y fera la plomberie!