La boutique des nouvelles musiques

Critique

Annie Landreville, La Scena Musicale, no 13:4, 1 décembre 2008

Certains enregistrements sont comme des recueils de poésie: épars au milieu de quelques dizaines de pages surgissent des instants de grâce inopinés, ou encore de pures émotions provenant de sons acoustiques ou trafiqués. La démarche suivie par les deux guitaristes Antoine Berthiaume et Elliott Sharp dans ce disque pourrait bien être qualifiée d’extrême puisqu’ils nous proposent un véritable mur de son. La densité et l’intensité du propos n’est pas sans rappeler un Iannis Xenakis ou encore le Canadien Paul Dolden. Les 11 plages sont construites sur des strates sonores multiples, le tout foisonnant de textures, de mouvements et de profondeur. L’écoute s’avère fascinante, quoique à la limite du tolérable, du moins pour certaines oreilles. Ce tandem nous propose une musique apocalyptique aux confins de l’exploration la plus débridée, pour ne pas dire de la débauche sonore. Pourtant, on ne peut qu’apprécier ce travail pour le seul défi qu’il lance aux auditeurs.

… une musique apocalyptique aux confins de l’exploration la plus débridée…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.