La boutique des nouvelles musiques

Critique

Réjean Beaucage, Circuit, no 18:2, 1 avril 2008

Les Visions fugitives de Sergei Prokofiev, pour piano, forment un ensemble de 20 courtes pièces très introspectives dont certaines, fugitives indeed, ne durent qu’une vingtaine de secondes. Le contrebassiste et directeur musical de l’ensemble Quartetski, Pierre-Yves Martel, a choisi de transcrire ce recueil pour l’interpréter avec son quatuor de jazz contemporain. Comme un peintre qui aurait trouvé un carnet de croquis et choisi de poursuivre la démarche de son prédecesseur, Martel redessine, augmente et colore les esquisses, sans pourtant cesser de respecter le trait personnel du compositeur russe.

Martel a évité les pièges rencontrés par Rudolf Barshai et Roman Balashov lors de leur transcription pour orchestre, dans laquelle, c’est le moins que l’on puisse dire, le côté introspectif de l’œuvre en prenait pour son rhume (voir Les Solistes de Moscou et Yuri Bashmet, chez Onyx Records, 2007). Transcrit pour trompette (Gordon Allen), batterie (Isaiah Ceccarelli), saxophones ou clarinette basse (Philippe Lauzier) et contrebasse, l’univers de Prokofiev ne perd pas au change, bien au contraire; les passages improvisés ou les techniques de jeu modernes qu’emploient les musiciens n’interfèrent jamais avec le projet du compositeur, mais l’actualisent.

Pourquoi Martel a-t-il choisi de ne transcrire que 18 des 20 pièces, et pourquoi le disque ne nous les présente-t-il pas dans l’ordre habituel? L’absence de livret ne nous aide évidemment pas à répondre à ces questions, mais après avoir transformé jusqu’aux molécules des mélodies, ajoutant près de quarante minutes de musique à l’ensemble, le transcripteur aura peut-être voulu pousser encore plus loin son appropriation du carnet de croquis. Cela apparaît à l’écoute comme parfaitement légitime, et l’interprétation de Quartetski, qui livre la substance de l’œuvre dans un souffle des plus personnelles, est pleinement justifiée par les vers de Constantin Balmont que Prokofiev plaçait en exergue à la partition:

«Tout ce qui est fugitif me fait voir des mondes
Pleins de jeux chatoyants et changeants»

Comme un peintre qui aurait trouvé un carnet de croquis et choisi de poursuivre la démarche de son prédecesseur, Martel redessine, augmente et colore les esquisses, sans pourtant cesser de respecter le trait personnel du compositeur russe.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.