actuellecd

Critique

Vincenzo Giorgio, Wonderous Stories, no 13:36, 1 juillet 2008

Le cinquième disque de cet incroyable ensemble de cordes, très majoritairement féminin — Clemens Merkel (violon), Nadia Francavilla (violon), Stéphanie Bozzini (alto), Isabelle Bozzini (violoncelle) — représente un chapitre de beauté absolue. Le quatuor canadien (comme du reste cela s’est vu lors des disques précédents, dont un dédié à la musique de Steve Reich) s’intéresse en particulier à l’écriture de musiciens contemporains tels le britannique Howard Skempton (élève de Cornelius Cardew) et le japonais Jo Kondo. Les pièces Catch et Tendrils de Skempton atteignent des sommets de densité incomparable par une dilatation dramatique des espaces timbraux au moyen de chromatismes tourmentés qui fleurent l’instrospection, une spiritualité dense et une douceur décadente sans jamais perdre la référence tonale. Bref, comme l’a écrit Charles Baudelaire, la beauté ineffable d’un coucher de soleil inéluctable… Plus inquiétante l’écriture du compositeur nippon tendant à allonger d’une manière quasi-paroxistique les sons jusqu’à les pousser à effleurer le ciel. Un ciel oblique sans doute. Ainsi la prière déchirante de Hypsotony, un hymne à la «Déplaisance Sublime» alors qu’avec Fern le compositeur récupère l’utilisation du «silence» par le truchement d’une utilisation insistante du «piano» et «pianissimo» en lien avec des cordes merveilleusement combinées dans une perspective de colorations quasi-électroniques. Le disque se conclut de façon superbe par la rugueuse pièce Mr Bloomfield, His Spacing, elle aussi balançant entre des tourments spasmodiques et des silences aériens. Jamais aurions-nous pensé qu’on pouvait tirer de quatre archets une palette chromatique aussi variée: une musique carrément «éblouissante»!!

Jamais aurions-nous pensé qu’on pouvait tirer de quatre archets une palette chromatique aussi variée: une musique carrément éblouissante!!