La boutique des nouvelles musiques

Disques

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 74, 1 décembre 2007

Parmi les nouvelles formules instrumentales qui confirment leur émargement aux musiques alternatives tout en quittant le strict domaine de la musique contemporaine écrite, il y a l’utilisation des cordes en trio ou en quatuor. Ce n’est certes pas nouveau, mais le nombre de réalisations qui en découlent se multiplie. Le Québec en fournit plusieurs exemples. Ainsi la jeune formation Cordâme, un trio violon, violoncelle, contrebasse, qui s’adjoint le percussionniste Pierre Tanguay, et, plus épisodiquement l’altiste Anit Ghosh ou le clarinettiste Guillaume Bourque, produit une musique qui s’apparente à une musique de chambre dont l’écriture (le contrebassiste Jean Félix Mailloux en est le compositeur) est nourrie d’influences rythmiques plus populaires, voire ethniques et plus particulièrement moyen-orientales titalement revendiquées par le choix des titres (Habanera 11, Au bord du Nil, Valse hébraïque…), par le phrasé de tel ou tel instrument (l’alto justement dans Eider), tout en explorant délicatement, dans des ambiances plutôt feutrées, les textures et les timbres des cordes.

La formule utilisée par André Duchesne est toutefois plus courante. Celle d’une formation plus ou moins classique dans son instrumentation (guitare, basse, batterie), épaulée par un quatuor à cordes, histoire de donner plus d’ampleur aux compositions du guitariste tout en développant la palette sonore mise en œuvre. on y retrouve cette volonté de se confronter à des ensembles plus larges (tel L’ ou ‘L) et d’inscrire une musique assez jazz dans un environnement plus contemporain. Moins novateur dans son jeu de guitare que son ancien acolyte, René Lussier, au sein de Conventum, André Duchesne use de son instrument avec une grande finesse, sans chercher l’esbroufe, n’hésitant toutefois pas dans l’un ou l’autre titre (Cowboy ahuri dans une fôret de cheminées) à recourir à quelques sonorités plus expérimentales. Enfin, l’ensemble de l’enregistrement offre une vision apaisée, parfois humoristique, de la vie, peut-être inspirée par le lieu (Saguenay-Saint-Jean).

André Duchesne use de son instrument avec une grande finesse

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.