La boutique des nouvelles musiques

Stéréo. Dangereux Zhoms au service du maître Derome

Alain Brunet, La Presse, 6 janvier 2008

Hiboux s’ouvre par une ligne épurée et très moderne. Nez qui coule est une coulée plus dramatique, plus ardente, plus collective. To continue s’amorce par une déclamation de verbes consonnants à l’infinitf présent, suivis de compléments d’objet indirect, le tout se déversant dans un jazz contemporain bien ciselé. Cogné un genou démarre sur une phrase presque baroque énoncée par le piano de Guillaume Dostaler et la basse de Pierre Cartier: la structure laisse énormément d’espace au saxophone de Jean Derome, en constante interaction avec ses collègues. La grenouille et le bœuf, connue de tous, devient une chanson absolument contemporaine qu’entonne Pierre Cartier. Prières, le plat de résistance, souscrit à la même esthétique que les pièces précédentes. Improvisation libre, polyphonie, polyrythmie, arythmie, polymodalité. Nous avons affaire à de redoutables Zhoms au service de Jean Derome, un maître à n’en point douter. (4/5)

Nous avons affaire à de redoutables Zhoms au service de Jean Derome, un maître à n’en point douter.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.