La boutique des nouvelles musiques

Les Chroniques du Solénoïde

Solénoïde, 1 juin 2002

Une fois n’est pas coutume, Solénoïde s’intéresse au cas de… paroliers! En fait, nous avons affaire ici à d’étranges compteurs québecois dont le nom est à lui seul un roman. Sur cet album au titre tout aussi éloquent ce sont violon, contrebasse, accordéon, piano ou encore guitare qui se partagent harmonieusement les rôles. Evoquant à la fois la blessure et l’espoir, ce fantasmatique Hôtel nous immerge dans des ambiances nostalgiques, ambiances désenchantées aux airs de comédie musicale. Mais l’un des grands mérite de ce disque est surtout de réconcilier des domaines aussi éloignés que ceux des musiques nouvelles et de la chanson. En définitive, Chant des adieux, chant de la solitude est une œuvre impressionniste raffinée, œuvre hors du temps et des modes, œuvre aux contours aussi atypiques qu’humains. Un album tout simplement touchant, bien au delà des clivages musicaux habituels.

Un album tout simplement touchant, bien au delà des clivages musicaux habituels.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.