La boutique des nouvelles musiques

Nulle n’est muette en son pays

François Nadon, Ici Montréal, no 10:32, 10 mai 2007

Pour une rare occasion, on pourra revoir le spectacle tiré du Le silence des hommes de D Kimm et Bernard Falaise.

Après avoir fait un malheur l’automne dernier lors du Coup de cœur francophone, le projet de la poète D. Kimm et du musicien Bernard Falaise revient sur scène avec la participation de Michel Faubert. Les musiciens Frédéric Boudreault, Alexis Martin et Alex McMahon les seconderont.

«On reprend le spectacle du 2 novembre 2006, d’affirmer D. Kimm. Ce sera notre fête du printemps. On le reprend pour le plaisir et ça va déménager! Le silence des hommes est un spectacle de textes performés avec de la musique. Les musiciens ouvrent l’espace. Ils donnent toutes les possibilités. C’est alors à moi de faire quelque chose avec ça. Dans ce contexte, la musique permet aux performeurs d’aller chercher un état second, d’entrer dans un genre de transe.»

Le spectacle «parle d’amour mais pas de façon racoleuse. Les textes sont très impudiques. J’ai mis dans la bouche de Michel Faubert, d’André Duchesne et de Pierre Cartier [ces deux derniers ne seront pas de la soirée] des mots qu’ils pourraient dire. L’amour, c’est réel, c’est charnel. C’est de cet amour-là que je parle.»

«C’est exigeant pour les gars. Ce n’était pas évident pour eux de dire “oui, c’est vrai que je veux te baiser, mais je veux aussi t’aimer”, mais ils aimaient ça. Ils sont totalement engagés. Je l’ai écrit pour eux», poursuit D. Kimm.

«Sur scène, je suis complètement engagée avec les musiciens. Mon énergie est beaucoup plus rock. C’est pour ça que je me sens plus proche de Patti Smith que d’un écrivain.»

Le silence des hommes est né du désir de D. Kimm de travailler avec Bernard Falaise. «Je collaborais déjà avec lui dans plein de projets. C’est un musicien fantastique. Il est très à l’écoute et très permissif dans le processus de création. Bernard m’aura permis de travailler autrement. Il est très encourageant. Je chante même une chanson! C’est une soirée pour les curieux. C’est de la poésie, de la musique sur l’amour incarné. Je pense que ce sera une soirée vraiment délirante.» À la Sala Rossa, le mercredi 16 mai, 20h30.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.