La boutique des nouvelles musiques

Critique

Luc Bouquet, ImproJazz, no 134, 1 avril 2007

Au Québec, s’activent toujours les trublions d’Ambiances Magnétiques. Au Québec, Damian Nisenson, saxophoniste argentin vient de créer le label Malasartes. Au Québec, voici que nous arrive le label Tour de Bras… De l’impro de chambre au noise, petite visite guidée.

Le jazz klezmer bouge encore, Damian Nisenson nous le prouvant ici, souvent avec talent. Saxophoniste argentin, installé au Québec, il réinvestit l’espace klezmer en douze thèmes d’inégales intensités.

Au saxophoniste, on reconnaîtra un sens certain des dérapages incontrôlables, un son épais au ténor, virevoltant au sopranino et un désir de très vite convulser dans un illogisme remarquable et rageur. Le garçon possède un bel appétit et un sens du double looping qui ne peut laisser indifférent.

Mal servie par une prise de son trop modeste, la rythmique joue trop dans le systématisme obligé du jazz klezmer, malgré quelques jolis débordements impulsés par le toujours tranchant Pierre Tanguay.

Un disque en demi-teintes. A suivre néanmoins…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.