La boutique des nouvelles musiques

Critiques de disques

Yadeleine Yarcand, Bande à part, 16 janvier 2007

Ayant connu un accueil chaleureux de la part des critiques pour ses deux albums précédents (Enjambons le désert en 2001 et Sautons ce repas de midi en 2003), Frank Martel récidive avec une troisième parution étrangement intitulé Yé-Yi-You-Ya. Signant les textes et la musique, le frère spirituel d’Urbain Desbois, avec qui il partage l’amour des mots, poursuit sur sa lancée country-folk entouré de son fidèle équipage composé de Bernard Falaise (réalisation, guitares et claviers), Michel F Côté (percussions) et Éloi Deit (basses et guitares).

De prime abord, la voix nasillarde (HahaHihi), roulant les “r” (Les partitions de l’amour), tout près de fausser de Martel peut nous faire croire a la parodie, en plus d’agacer l’oreille. Mais rapidement, les textes ludiques, bien que parfois absurdes (“Des bigoudis dans un baril de poulet frit Kentucky” (Petite belette), ou encore, “Moi ce que j’aurais préféré, c’est être une orange ou un hortensia” (Janapapapamama), nous rapproche davantage de la poésie fantaisiste que de la parodie. Résolument surprenant, chaque texte nous ouvre la porte d’un petit monde fabuleux qu’il faut apprivoiser. Martel est indéniablement un passionné de la langue. Pensons a la pièce Le Tambour des escargots dans laquelle il énumère les 86 possibilités de mots a partir des lettres de Tambour; matroub, bourtam, barmotu, aturmob…

Yé-Yi-You-Ya nous propose toujours un son country-folk, mais, contrairement a ses prédécesseurs, il fraye désormais avec l’électro (Voilà l’obscure), l’ambiant (Les grands échassiers), la musique actuelle et même la musique du monde (Cameroun), de façon hautement originale. Les arrangements de Bernard Falaise et l’Ouest Céleste, tout en pureté et en subtilité, font de chaque pièce un univers insolite en soi.

En somme, bien que loin du chef-d’œuvre, le monde insolite, inimitable et ô combien authentique dans lequel nous convie Frank Martel et l’ouest céleste, mérite toute notre attention. Mais prenez garde, Yé-Yi-You-Ya peut, au départ, sembler imperméable. Plusieurs écoutes seront donc nécessaires afin d’en apprécier la profondeur et l’originalité.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.