La boutique des nouvelles musiques

Critique

Marc Sarrazy, ImproJazz, no 122, 1 février 2006

C’est entendu, procédons. Par ordre, si possible.

C’est québécois, ce pourrait être au programme du festival de Victoriaville, ce pourrait être paru chez Victo ou chez Ambiances Magnétiques, c’est produit par Joane HétuGuido Del Fabbro y joue toute sorte de cordes, violines ou mandolines, Simon Lapointe du piano (préparé ou non) et des claviers, Antonin Provost des guitares branchées et débranchées, Némo Venba de la batterie, des percussions, trompette et bugle. A l’image d’un de leurs titres, Névréalité postparapsychophysiologique, les sons, les univers s’encastrent pour former un tout protéiforme, entre post-folk et musiques improvisées, avant-rock et après-garde… On songe à Frith, à Hodgkinson, à Derome, à toute cette clique, et clac! le Bond précisionnel 1 nous renvoie à Derek Bailey, L’Occupation à une version light d’Art Zoyd, les repères un à un valsent puis s’effacent… et c’est tant mieux. Inutile de se raccrocher aux certitudes, laissons-nous porter, yeux bandés, oreilles offertes.

les univers s’encastrent pour former un tout protéiforme, entre post-folk et musiques improvisées, avant-rock et après-garde…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.