La boutique des nouvelles musiques

Critique

Luc Bouquet, ImproJazz, no 125, 1 mai 2006

Voici une musique sans querelle, sans parti pris agressif. Qu’elle soit élaborée électroniquement (une guitare par ci, une clarinette samplée par là) ne change rien à l’affaire; rien ne se désarticule ici, tout se distille avec gourmandise, élégance et évidence. Les balayages se construisent par petites touches et s’ils envahissent l’espace, ce n’est pas par orgueil ou par désir de marquer un territoire mais parce que la musique devaint en passer par là pour atteindre (attendre) le silence. Le voici, ce silence, dense, constructif, troué de quelques imperceptibles soubresauts. Il reviendra plus tard, s’ouvrant alors à des soleils bienveillants, des astres filtrants.

Cette musique possède son rhytme, sa navigation. Je ne saurais dire si elle est lente, hypnotique ou cabossée. Ce que je sais, c’est qu’elle s’engage avec sincérité dans des bras de fleuve aux destinées secrètes et protectrices. A mettre entre toutes les oreilles.

rien ne se désarticule ici, tout se distille avec gourmandise, élégance et évidence.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.