La boutique des nouvelles musiques

Critique

Luc Bouquet, ImproJazz, no 125, 1 mai 2006

Robert Marcel Lepage a raison d’affirmer que ses blues sont légèrement tordus. A partir de la deuxième plage, ses blues se contorsionnent, ils s’invitent en valses débauchées, s’offrent quelques riffs saillants (Dixie chinois, Pee Wee Rocks) et resquillent dans la marge. Une marge rassurante puisque habitée par une figure paternelle: le Pee Wee Russell.

Pour rendre hommage au clarinettiste, Lepage a fait appel à un guitariste (René Lussier que l’on est heureux de retrouver aussi prolixe et inspiré), un contrabassiste (Normand Guilbeault), un batteur (Pierre Tanguay) et une armada de clarinettistes (Lepage lui-même, Guillaume Bourque, François Houle, Jean-Sébastien Leblanc, André Moisan, Pierre-Emmanuel Poizat, Richard Simas), laquelle forme une masse sonore imposante (Pee Wee fait des archaïsmes, moi des anachronismes), parfois décapante, toujours décisive.

Il n’y a rien à reprocher à Lepage ici. Ses intentions sont claires et aucun grain de sable ne vient enrayer sa machine à swinguer. Bref, une musique vive et toujours soutenue. Swinguons heureux!

une musique vive et toujours soutenue.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.