La boutique des nouvelles musiques

Stéréo. Frank Martel: à l’Ouest de l’accent circonflexe

Alain Brunet, La Presse, 13 janvier 2007

Il lui pousse des nageoires, il sent monter en lui le dérisoire. Il recense des bigoudis dans un baril de poulet frit. Il y a aussi un carouge à épaulettes, un chat boiteux qui boite de bas en haut. Les partitions de l’amour se sont envolées de chez lui. Et pleuvent les onomatopées: wa-na-hi-wa-na! Rien à piger? Toujours absurde? Post-automatiste? Who cares. Pris hors contexte, ces fragments de chansons ne riment à rien. Dans leur contexte, ils sont parmi les matériaux d’un univers aussi foisonnant que fascinant. Ce jeu de niveaux n’est peut-être pas toujours d’une cohérence exemplaire, il demeure épidémique du début à la fin. À mon sens, le principal élément irritant demeure la voix du chanteur, qui manque parfois de justesse lorsque les notes sont appuyées. Pour un tel zigoto, remarquez, ce n’est pas un irritant majeur mais puisque Frank Martel choisit de se frotter à des musiciens de talent (le guitariste et réalisateur Bernard Falaise, le percussionniste Michel F Côté et autres membres de l’Ouest céleste) qui savent déconstruire ces références populaires qui lui vont comme un gant (country, folk, bluegrass, ballades africaines, avantrock bruitiste, etc.), il aurait intérêt à parfaire sa technique vocale. Ce qui n’est pas un must absolu à l’Ouest de l’accent circonflexe. (4/5)

un univers aussi foisonnant que fascinant.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.