actuellecd

Au rayon du disque

Marc Chénard, La Scena Musicale, no 12:4, 1 décembre 2006

Les cordes sont un univers en soi, surtout celles qui résonnent par l’archet. Et lorsqu’il s’agit d’un duo de violon et contrebasse, la proposition est d’autant plus singulière. Marie-Soleil Bélanger joue du violon, du violon baroque, et même du erhu chinois d’une manière souveraine; son comparse, le bassiste jazz par excellence Normand Guilbeault, demeure encore l’un des piliers de chez nous sur son instrument, tant arco que pizzicato. Ensemble, ces complices offrent quatorze morceaux qui couvrent un éventail varié de modes et de techniques de jeu, recoupant aussi bien de purs effets sonores que des mélodies d’une simplicité parfois désarmante. Seule une plage dépasse les sept minutes, les autres couvrant entre deux et cinq minutes. Pas de bavardage donc, juste des essences bien distillées et une intériorité qui vient poser sa signature sur ce disque d’ambiances… bien acoustiques. Pas besoin de jouer d’instrument à cordes pour apprécier, mais ça aide. À écouter dans vos moments les plus recueillis. (4/6)