La boutique des nouvelles musiques

Musique pour les yeux ou... tableaux pour les oreilles

Dominique Denis, L’Express, no 41, 17 octobre 2006

À son meilleur, le trio piano-contrebasse-batterie représente la quintessence de l’art du jazz, cet alliage d’intimité et d’interaction qui séduit d’entrée de jeu et nous ravit au gré d’écoutes plus attentives. À cet égard, le Trio Jean Félix Mailloux, composé du pianiste Arden Arapyan, du batteur Jonathan Racine-Ménard et de Mailloux à la contrebasse, s’inscrit dans la lignée des célèbres formations de Bill Evans, de Paul Bley et d’Oscar Peterson, et pourrait servir d’entrée en matière à quiconque cherche à saisir cette ineffable alchimie qui se distille à trois.

Pétries d’influences diverses – du tango à la musique arabe en passant par l’impressionnisme à la Bill Evans et l’angularité d’un Thelonious MonkAurores boréales est un petit miracle d’équilibre, empreint d’un onirisme qui n’est jamais flasque, d’une sensualité qui n’est jamais télégraphiée. Bref, on tient là une entrée en matière des plus prometteuses pour la nouvelle étiquette montréalaise Malasartes Musique.

Aurores boréales est un petit miracle d’équilibre, empreint d’un onirisme qui n’est jamais flasque, d’une sensualité qui n’est jamais télégraphiée.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.