La boutique des nouvelles musiques

Critique

La Galère, 1 avril 2006

Après avoir publié trois recueils de poèmes dans les années 1980-90, Frank Martel se lance enfin dans la chanson avec un premier album en 2001, intitulé Enjambons le désert, malheureusement épuisé aujourd’hui. Son deuxième album, Sautons ce repas de midi paru en 2003, est marqué par l’intrusion du merveilleux dans le quotidien. Le voyage est un thème récurent, mais c’est «le genre de voyages qu’on fait nous autres!» comme dit Martel en spectacle pour présenter certaines chansons plutôt oniriques, à mi-chemin entre le récit de rêves et le manuel de zoologie, parsemé de détails d’un quotidien pittoresque à souhait. Célébration du quotidien donc, mais pas de n’importe lequel: celui des voyages immobiles, de la magie inspirée des ruelles, des fruits et des légumes aux noms qui font rêver dans des contextes pas possibles; on comprend bien que tout est affaire d’attitude face à la vie. «Je suis toujours dans tes jambes, pis jamais dans tes bras!» Voilà une des perles qu’on retrouve sur ce disque minimaliste et sans prétention, oscillant entre rock garage, musique actuelle et chanson. Inspiré du western québécois dans la façon de chanter, mais aussi dans les textes, qu’il parodie parfois d’une façon tout à fait convaincante avec des phrases courtes, parfois à double sens, souvent pleines d’esprit. «C’est du creux de ses vertèbres que provient la bonne humeur du zèbre!»

Musicalement, outre la batterie, la basse et les guitares, on trouve de la mandoline, du ukulélé, de l’harmonica, et même un theremin, un instrument rare et particulièrement inusité dans la chanson québécoise. À noter également la présence de l’excellent guitariste Bernard Falaise, une figure bien connue du milieu jazz et expérimental québécois. En conclusion, c’est un bon disque de char, ce qui est une grande qualité en soi, qu’on pourrait dire fait sur mesure pour ceux qui n’ont pas de char, ce qui est une plus grande qualité encore. On n’a qu’à regarder défiler les paysages beaux et absurdes de ce poète à la folie douce et sincère. Cet album est certainement l’un des plus intéressants des dix dernières années au Québec, et cela malgré une diffusion plutôt confidentielle. Il ne faut pas manquer de sauter sur l’occasion pour savourer cette galette sans pareille!

Cet album est certainement l’un des plus intéressants des dix dernières années au Québec…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.