La boutique des nouvelles musiques

Disques

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 67, 1 mars 2006

Different Trains est probablement une des œuvres fondamentales de Steve Reich, prélude à ses opéras-vidéos, en introduisant dans la trame répétitive divers effets, collages, voix (la bande magnétique complémentaire superpose trois quatuors à cordes, servant de repère à la prestation scénique du Kronos Quartet). Sur scène, pour peu que la scénographie, la répartition des enceintes acoustiques soient à l’unisson, l’œuvre permet une visualisation sonore à la fois ouverte et ciblée.

Plusieurs versions en ont été enregistrées depuis celle du Kronos Quartet en l988, sans oublier celle, plus récente (2003) de l’orchestre national de Lyon et ses 48 cordes. Le Quatuor Bozzini, dont c’est ici le second enregistrement, ne pouvait qu’integrer à son répertoire cette œuvre majeure du vingtième siècle finissant. Présenté en public il y a plus d’un an, Different Trains, évoquant la Seconde Guerre mondiale, était associé à Black Angels — thirteen images from the Dark Land (relatif au Vietnam) de George Crumb, lors d’un récital titré «in tempore belli» (en temps de guerre). Le Quatuor à cordes canadien s’est particulièrement impliqué à retravailler l’œuvre de Steve Reich, allant jusqu’à réenregistrer lui-même la bande magnétique complémentaire, ce qui permet aux quatre musiciens de jouir d’une liberté d’exécution et de sonorité que les différents quatuors interprètes n’avaient pas en utilisant la bande préenregistrée initialement par le Kronos. Une manière donc de s’approprier, avec le consentement de Steve Reich lui-même, une heureuse et dynamique relecture de l’œuvre.

… une heureuse et dynamique relecture de l’œuvre.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.