La boutique des nouvelles musiques

Disques

Pierre Durr, Revue & Corrigée, no 67, 1 mars 2006

Antenata présente un air quelque peu familier. Ce n’est pas le fait qu’on trouve au sein de cette formation italienne quelques musicien(ne)s déjà croisé(e)s au sein de la scène bolognaise (Daniela Cattivelli - Fastilio, LMI - et Pierangelo Galantino - avec Paolo Angeli, LMI et Corsetti) ou ailleurs (Fabrizio Spera). Plutôt une parenté musicale qui nous est chère. Bref, un petit air - frais - de rock in opposition, versus Art Bears. À l’origine un duo (Sabina Meyer et Daniela Cattivelli, respectivement aux voix, échantillonnages, theremin et saxophone, échantillonneur), Antenata s’est mu en un sextet pour réaliser ce premier opus. Si l’approche de la voix de Sabina Meyer, au service de textes librement adaptés en allemand, en français et en italien dus à divers auteurs (Sylia Plath, Marina Cetaeva, Meret Oppenheim, Anne Sexton Simone Weil, Ingeborg Bachmann, Patrizia Cavalli, Patrizia Valduga) rappelle inévitablernent celle de Dagmar Krause, les arrangements, les astuces sonores, le jeu des divers protagonistes (violoniste, guitariste, saxophoniste, percussionniste…) inscrivent Antenata dans la filiation d’un courant qui fut l’un des plus défricheurs et novateurs il y a une vingtaine d’années, tout en réussissant à en garder la fraîcheur, l’esprit d’ouverture, le sens du travail collectif, la générosité d’un projet alliant improvisation, musique de chambre, poésie, voire, par petites touches, l’électroacoustique. Une très belle surprise qui conjugue la complexité du propos à une interprétation très aérienne.

Une très belle surprise qui conjugue la complexité du propos à une interprétation très aérienne.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.