La boutique des nouvelles musiques

Bernard Falaise, guitare qui veut veille

La Scena Musicale, no 11:6, 1 mars 2006

Quoi de plus flatteur pour un artiste que de se voir accorder une carte blanche, d’avoir entière liberté pour jouer ce qu’il veut… avec qui il veut. Telle est la chance accordée au guitariste Bernard Falaise, qui se produira trois soirs de suite à la fin du mois. Musicien polyvalent s’il en est, ce fieffé aventurier des cordes (et autres accessoires électriques) parcourt un peu tous les genres, allant du pop québécois — comme accompagnateur de Marie-Jo Thério — à la musique psychédélique — dans son groupe Foodsoon — sans oublier ses incursions en musique contemporaine. Pourtant, cet improvisateur aguerri est surtout reconnu pour son travail en musique actuelle, créneau dont l’éclectisme lui va comme un gant.

C’est donc sous le signe de la diversité que se déroulera, au Théâtre la Chapelle, la dite carte blanche. À tour de rôle Falaise se fera improvisateur libertaire, compositeur total et maître d’œuvre d’un tout nouveau groupe présenté en première. «L’idée de cet événement vient du directeur du théâtre, Richard Simas, précise le musicien. Il me l’a proposé il y a un peu plus d’un an et j’ai mijoté cela pendant un moment, avant de décider que je voulais miser sur les différents volets de mon travail.»

À en juger par le programme de ces soirées, le guitariste a respecté son mandat. En ouverture, ce sera de l’impro sur toute la ligne: en première partie, duo avec le platiniste Martin Tétreault (la seule consigne pour lui étant de faire tourner des plaques de guitaristes) suivi d’un spectacle retrouvailles avec trois Torontois (Christine Duncan, voix; Jean Martin, batterie et tables tournantes; Justin Haynes, guitare), ensemble connu sous le nom de Barnyard Drama (formation qui reviendra en mai prochain lors du FIMAV à Victoriaville). Le second soir sera dévolu à ses musiques composées, interprétées à tour de rôle par l’excellent Quatuor Bozzini (quatuor à cordes) et le tout aussi magnifique quintette à vents Pentaèdre. Qui plus est, il a prévu une improvisation structurée pour ces deux formations, rejointes par Diane Labrosse (échantillonneur), Alexandre St-Onge (basse électrique et électroniques) et lui-même. Ce même bassiste sera de retour pour la finale du dernier soir, à la suite d’un second duo entre Falaise et Tétreault (qui ne feront que des électroniques bruitistes). Pour boucler le tout, le guitariste proposera un genre de quatuar rock actuel dont le libellé («Vache qui veut vole») mérite d’être expliqué. «Cela provient en fait d’une expression portugaise qui signifie ‘je vous en prie’: du moins ça sonne un peu comme ça à mes oreilles. Je monte un tout nouveau répertoire comprenant des paroles de mon cru, et que je chanterai d’ailleurs, une premiere pour moi.

Pour l’avenir, Bernard aimerait bien faire un autre disque cette année. «Je ne sais pas quoi au juste, mais j’aimerais faire ça avec quatre ou cinq autres musiciens. Mon premier chez Ambiances était en solo (Do en 2000), alors là je voudrais faire quelque chose de tout à fait différent, moins produit, plus direct, quoi.»

Musicien polyvalent s’il en est, ce fieffé aventurier des cordes parcourt un peu tous les genres…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.