La boutique des nouvelles musiques

Critique

Sylvain Cormier, Le Devoir, 10 mars 2006

Ne pas parler pour ne rien dire. Il aura fallu presque une vie à André Duchesne, l’as guitariste, le champion compositeur de musique actuelle, le vétéran de Conventum et Locomotive, le cofondateur du label Ambiances Magnétiques, pour qu’il juge nécessaire d’élever de nouveau la voix. Vingt-deux ans séparent ses deux seuls albums de chansons, mais Le Temps des bombes et Arrêtez les machines sont néanmoins frères de colère. Rien n’a changé en mieux, comprend-on: le nouvel album enfile les constats implacables comme on mène des veaux à l’abattoir. Qu’il s’agisse de l’état désespérant du monde (Bruits de guerre, Les petits souliers) ou d’observations plus locales (La machine à sous, Ville ouverte), c’est le même bourbier, décrit sans fard sur fond de musiques inquiètes et intenses. À travers ce paysage ravagé, Dieu merci, subsiste un peu d’espoir (Un bon matin), un peu d’humour (On est dans la merde) et un peu d’amour (Danser contre les ombres, manière Leonard Cohen). Oui, ce disque est d’un abord difficile, comme ceux de Desjardins, mais pareillement réconfortant. On y est moins seuls à désespérer.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.