La boutique des nouvelles musiques

Arrêter les machines, trouver l’essentiel

Alain Brunet, La Presse, 4 mars 2006

Longtemps après avoir été leader de Conventum (groupe alternatif parmi les plus allumés de nos années 70), après trois décennies émaillées d’albums en solo ou en formation (Les 4 Guitaristes de l’Apocalypso Bar, Locomotive), de musiques de films et de compositions «sérieuses», de passages à vide et de précarité matérielle, André Duchesne signe ici un disque magnifique dans ce qu’il fait de mieux: la chanson. Arrêter les machines évite le piège de la surcharge poétique, ce disque fait aussi valoir le talent du compositeur (après tout, il fut recruté pour la Symphonie du millénaire), sans que la complexité ne l’emporte sur la clarté — ce qui n’empêche pas les mesures composées, la complexité harmonique, l’atonalité passagère, la tenue impeccable de Jean Derome aux flûtes et saxes, de Pierre Tanguay à la batterie, de Patrick Hamilton à la basse. À 57 ans, Duchesne peut être fier d’avoir ainsi épuré son expression, trouvé l’essentiel au coeur de l’âme rock qu’il a toujours. Voilà un disque qui traite de la beauté jaillissant de l’adversité.

Duchesne peut être fier d’avoir ainsi épuré son expression, trouvé l’essentiel au coeur de l’âme rock qu’il a toujours.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.