La boutique des nouvelles musiques

Critique

Pascal Anquetil, Jazzman, no 122, 1 mars 2006

Compositeur à succès de musiques de films et de séries télévisées (Urgences), ce Québécois hyperactif s’affirme comme un touche-à-tout ironique qui pratique l’autodérision avec un sérieux magnifiquement imperturbable. Sa grande passion, c’est la clarinette. Dans un précédent album, il s’était posé cette question cruciale: «Les clarinettes ont-elles une âme?» Dans ce nouvel opus dédié à la ‘danseuse d’ébène’, il tente cette fois d’éclaircir sa relation arnoureuse avec Pee Wee Russell. Génie célibataire sans filiation ni descendance, ce clarinettiste hors catégorie a côtoyé tous les styles et toutes les époques. Au crépuscule de sa vie, il pouvait sans mentir se vanter d’avoir joué avec Bix Beiderbecke et Thelonious Monk. Qu’est-ce qui peut donc réunir ces deux individus aussi différents l’un de l’autre? Ce blanc de peau de Pee Wee a passé toute son existence à se noircir systématiquement, sans aucune modération, pour avoir le droit dans un monde très straight de jouer le blues de façon excentrique. «Moi, précise Robert Marcel Lepage, je ne bois jamais et je joue de la clarinette de façon plutôt straight entouré de musiciens excentriques.» lls étaient donc faits pour se rencontrer. Le résultat: ce disque en forme d’hommage décalé pour lequel Robert Marcel Lepage a écrit une douzaine de blues habilement tordus, une suite savante et désinvolte qui se veut une invitation à explorer un aspect particulier du phrasé de Pee Wee. Pour ce faire, il s’est entouré de toute une confrérie d’oiseleurs, une fanfare richement boisée. Au final, cela donne un agréable divertissement, une fantaisie très distinguée. Il y manque sans doute l’essentiel de ce qui fait le génie de Pee Wee Russell: le swing de la titubation et le lyrisme du gémissement. Personne n’est parfait.

Au final, cela donne un agréable divertissement, une fantaisie très distinguée.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.