La boutique des nouvelles musiques

Critique

Éric Norman, JazzoSphère, no 27, 1 janvier 2006

The feeling of jazz du trio Derome-Guilbeault-Tanguay transpire aussi à la joie de vivre. Sur des thèmes et standards, le trio fait montre de son énergie inimitable et de la passion pour tous les jazz. Fat Waller, Duke Ellington, Misha Mengelberg, Cole Porter sont au menu de ce disque sans prétention qui témoigne de la joie communicative caractéristique des prestations du mythique trio montréalais. Les trois maîtres prennent un malin plaisir à jouer un répertoire tout jazz, avec aisance, intensité et puissance. N’oublions pas que nous avons affaire à trois musiciens énormes qui se paient le bonheur d’un répertoire plus ou moins «standard». «Cette musique est tatouée dans nos cœur et nous la jouons parce que nous l’ainons et que ça nous rend de le faire» lance Derome dans le texte personnel et quelque peu revendicateur qui habille la jaquette. Celul-là même que l’on prend à chanter les I won’t dance ou Jitterburg waltz, défend l’intégrité de cette musique: «Je ne sais pas quelle part de création et quelle part d’interprétation il y a dans l’exécution d’un morceau de jazz, mais je sais que ça nécessite mon être tout entier et que, dans mon pays, ce disque ne sera pas considéré comme de la musique canadienne.» Écoute obligée pour les amoureux du jazz.

Écoute obligée pour les amoureux du jazz.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.