La boutique des nouvelles musiques

Critique

Éric Norman, JazzoSphère, no 27, 1 janvier 2006

II y a de ça un an, le label Ambiances Magnétiques, rattaché à la scène des musiques actuelles montréaiaises depuis des décennies, lançait sa nouvelle collection Jazz. Nous savions bien qu’ils avaient dans leurs écuries des musiciens qui pouvaient nous faire swinguer solidement.

Les deux plus récentes parutions de la collection sont d’ailleurs le fait d’habitués de l’étiquette AM, Robert M Lepage et le trio de Jean Derome, Normand Guilbeault et Pierre Tanguay. Ils nous proposent tous deux un regard rafraîchissant sur le passé, une petite pirouette ludique et passionnée dans l’histoire du jazz.

Cinq ans aprés un superbe hommage rendu à Jimmy Giuffre (Joue free AM 089), Robert M Lepage replonge dans l’histoire du jazz avec Pee Wee et moi, une suite de compositions en souvenir de Pee Wee Russell . Dans les deux cas, le blues et la clarinette sont à l’honneur. Auteur d’un Petit Robert Illustré de la Clarinette, Lepage se plaît à thématiser son instrument dans divers jeux de variation et de stylistique. Si Joue free trouvait le blues dans la volupté du chant, Pee Wee et moi l’insinue dans une affaire de structures, de jeux ludiques sur les caractéristiques et les tics de l’instrument et de l’instrumentiste.

Il regroupe une suite de petits «blues tordus» au profit desquels Lepage s’est entouré de six autres solides clarinettistes (dont François Houle et André Moisan), en plus de la guitare de René Lussier et de la rythmique Guilbeault-Tanguay. Ludique, la musique de Lepage nous entraîne dans un univers fait de connu - dixie, swing, etc.- en conservant toute son originalité mélodique. Elle se construit à partir des effets stylistiques propres au jeu de Russell, en déduit des structures, empruntant à la fanfare, au jazz et à toutes les musiques de notre époque. «Il état buveur, jouait de la clarinette de façon excentrique dans un monde straight…je ne bois jamais et je joue de manière plutôt straight entouré de musiciens excentriques. Nous étions faits pour nous rencontrer». Et avec un de ces excentriques, René Lussier, la complicité est encore une fois confirmée. Bravo!

… la musique de Lepage nous entraîne dans un univers fait de connu — dixie, swing, etc.- en conservant toute son originalité mélodique.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.